Bagneux: la plaque en mémoire d'Ilan Halimi retrouvée brisée

Bagneux: la plaque en mémoire d'Ilan Halimi retrouvée brisée

Publié le 03/05/2015 à 17:43 - Mise à jour à 18:49
©Nicolas Messyasz/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): AZ
-A +A

La plaque érigée à Bagneux (Hauts-de-Seine) en mémoire d'Ilan Halimi, un jeune homme de confession juive, séquestré et torturé en 2006 par le "gang des barbares", a été retrouvée brisée samedi 2. Une enquête a été ouverte pour "dégradation volontaire".

Si l'hypothèse de l'accident n'est pas écartée, celle du vandalisme non plus. La plaque apposée à Bagneux (Hauts-de-Seine) en mémoire d'Ilan Halimi a été retrouvée brisé, samedi 2.

Cet homme de confession juive a été tué en 2006 après avoir été retenu trois semaines dans une cave d'une cité HLM de Bagneux par le "gang des barbares". Les membres de ce groupe, mené par Youssouf Fofana, avaient dit s'en être pris à Ilan Halimi en pensant qu'il était "riche parce que juif". A la mémoire de la victime, une stèle avait été érigée dans l'un des parcs de la ville.

Suite à cette découverte, une enquête a été ouverte ce dimanche pour "dégradation volontaire". "Quelles que soient les causes de cette dégradation, que l'enquête confiée aux services de police établira, elle constitue un choc pour la famille et les proches d'Ilan Halimi", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, par le biais d'un communiqué.

Sur les réseaux sociaux, les réactions indignées ont déferlé, notamment celles de nombreux responsables politiques. "Détruire la plaque en hommage à Ilan Halimi est une honte. Honorons sa mémoire en redoublant de détermination face à l'antisémitisme", a écrit le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis. Même son de cloche pour le président de l'UMP, Nicolas Sarkozy qui a exprimé sa "consternation" et appelé à "l'intransigeance face à de tels actes".

Si l'acte de vandalisme est assez probable, la maire de Bagneux, Marie-Hélène Amiable, se montre prudente et n'exclut pas la chute d'une branche ou d'un ballon. Mais selon les premières constatations, les policiers pencheraient pour le moment sur des jets de pierre, a indiqué l'élue qui a demandé que la plaque soit retirée pour la faire réparer. 

 

Auteur(s): AZ

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Ilan Halimi a été tué en 2006 après avoir été torturé puis séquestré par le "gang des barbares".

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-