Chiens et chats abattus en Seine-Maritime: un suspect arrêté à Rouen

Chiens et chats abattus en Seine-Maritime: un suspect arrêté à Rouen

Publié le 08/06/2018 à 17:02 - Mise à jour à 17:10
© PATRICK HERTZOG / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Plusieurs villes de Seine-Maritime ont été le théâtre de mises à mort cruelles et sommaires de chats et même d'un labrador. Un individu a été arrêté mercredi à Rouen alors qu'il abattait un chat avec une arme à feu à bout portant.

Le bourreau des chats et des chiens de Normandie a peut-être été arrêté. Un homme soupçonné d'avoir abattu sans raison apparente plusieurs chats et chiens dans la ville de Rouen (Seine-Maritime) a été appréhendé mercredi 6 alors qu'il venait de mettre un nouveau chat à mort.

Selon les informations dévoilées par la presse locale, un homme a appelé la police vers 22h, venant d'être le témoin d'un acte cruel: il venait de voir un individu abattre à bout portant un chat avec une arme à feu avant de jeter le corps du petit animal dans l'eau du Robec. Les hommes de la BAC sont alors arrivés sur les lieux et ont interpellé un suspect âgé de 30 ans, détenant un pistolet rangé dans un étui et un couteau à sa ceinture. Il avait avec lui des gants en plastique et des bouchons d'oreilles.

Outre ce geste cruel, les enquêteurs cherchent maintenant à savoir si le trentenaire est celui qui a massacré pas moins de six ou sept chats et un labrador dans la grande ville normande mais aussi à Mont-Saint-Aignan et à Bois-Guillaume. Ces animaux ont été retrouvés abattus à bout portant, tout comme le chat déjà tué par le suspect. Pire encore, deux chats ont été décapités et leurs têtes placés sur un banc dans le jardin d'un particulier.

Lire aussi: Les chats sauvages envahissent le Mont-Saint-Michel

L'enquête a été confiée à la sûreté urbaine de Bois-Guillaume. Le suspect a été placé en garde à vue et son domicile a été perquisitionné jeudi 7. L'homme reste présumé innocent et aucun élément n'a pour l'instant été communiqué sur d'éventuels éléments indiquant que les enquêteurs tiennent bien l'auteur de ce massacre lâche et sans explication.

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le suspect était en train de tuer un chat.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-