Condamné pour meurtre et actes de pédophilie, il viole un codétenu

Condamné pour meurtre et actes de pédophilie, il viole un codétenu

Publié le 08/05/2019 à 12:49 - Mise à jour à 12:53
© LOIC VENANCE / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Jean-Paul Lenclume, meurtrier et violeur pédophile qui a terrorisé La Réunion dans les années 1990, comparaissait de nouveau mardi 7 pour des  viols commis sur un codétenu en 2018.

Il a déjà passé quasiment la moitié de sa vie en prison. Et il vient de s'"offrir" un prolongement de sa période de détention. Jean-Paul Lenclume, 56 ans, en prison pour le meurtre d’un petit garçon de 10 ans en 1991 et une série de viols sur mineurs,a été reconnu coupable d’un nouveau viol, commis sur un codétenu.

C’est dans sa prison de l’île de La Réunion que les faits se sont déroulés en mars 2018. Le quinquagénaire fait la connaissance d’un jeune détenu transféré de Mayotte. Jean-Paul Lenclume, considéré comme une "longue peine" bénéficie de quelques avantages, dont la mise à disposition d’un frigo, comme le rapporte la presse locale (voir ici). Acceptant que le jeune codétenu puisse mettre une bouteille d’eau au frais, le pervers va profiter des allers et venues du jeune homme souhaitant se désaltérer pour lui introduire de force un doigt dans l’anus, à travers le short.

La victime, atteinte de troubles psychiatriques, subira quatre fois ce traitement avant de se plaindre aux surveillants. Une enquête pour viol est ouverte et la victime est transférée dans une autre prison.

Lire aussi: Le violeur récidive un mois après sa sortie, un avocat en appelle au gouvernement

Devant le tribunal correctionnel, Jean-Paul Lenclume se défendra en expliquant que son geste –qui pour lui consiste seulement à avoir "touché les fesses" de sa victime, était seulement "une plaisanterie".

La cour ne l’entendra pas de cette oreille et l’a condamné mardi 7 à 18 mois de prison ferme qui vont donc se rajouter aux peines pour meurtre et viols qu’il purgeait. Avant cette nouvelle condamnation, il était libérable en 2022.

Voir aussi:

Son violeur tente de la brûler vive: elle le tue en s'accrochant à lui

Paralysée et muette: elle est mise enceinte par son violeur

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Jean-Paul Lenclume a violé l'un de ses codétenus atteint de troubles psychiatriques.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-