Corruption: garde à vue prolongée pour le préfet Alain Gardère

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Corruption: garde à vue prolongée pour le préfet Alain Gardère

Publié le 20/01/2016 à 09:45 - Mise à jour à 09:48
©Gerard Julien/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Le préfet Alain Gardère, proche de Nicolas Sarkozy, a été placé en garde à vue mardi pour des soupçons d'abus de biens sociaux, de trafic d'influence, de corruption et de prise illégale d'intérêts. Sa garde à vue a été prolongée ce mercredi matin.

La garde à vue du préfet Alain Gardère, menée dans une enquête pour corruption, a été prolongée ce mercredi 20 au matin, a appris l'AFP de source judiciaire.

Le haut fonctionnaire et ancien responsable policier, âgé de 59 ans, est entendu par l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) dans le cadre d'une information judiciaire ouverte le 23 septembre, notamment pour abus de biens sociaux, trafic d'influence, corruption et prise illégale d'intérêts.

A l'issue de sa garde à vue, Alain Gardère, qui a été suspendu par le ministre de l'Intérieur lundi 18, peut être présenté à un juge en vue d'une mise en examen ou laissé libre sans poursuites. La source n'a pas précisé ce qui était susceptible de lui être reproché.

La "police des polices" a également placé en garde à vue quatre proches du préfet.

Proche de la droite et de Nicolas Sarkozy, Alain Gardère a été nommé début janvier 2015 à la tête du Conseil national des activités privées de sécurité (Cnaps). Cette instance est chargée notamment de l'agrément et du contrôle des agents et entreprises de sécurité privés.

Alain Gardère était auparavant en charge de la sécurité des aéroports de Roissy et du Bourget. Nommé préfet par la droite, il a été adjoint de cabinet du ministre de l'Intérieur Claude Guéant, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, avant d'être nommé préfet délégué pour la sécurité à Marseille, avec notamment pour mission d'y faire cesser les règlements de compte sanglants. Il avait quitté ce poste peu après l'arrivée de la gauche au pouvoir, en 2012.

C'est notamment lui qui avait mis en œuvre la réforme de la police du Grand Paris quand il avait pris la tête de la police urbaine de proximité en 2005.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La "police des polices" a également placé en garde à vue quatre proches du préfet Alain Gardère.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-