Cruauté animale: il grave au couteau deux prénoms sur le dos d'un rhinocéros (photo)

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Cruauté animale: il grave au couteau deux prénoms sur le dos d'un rhinocéros (photo)

Publié le 21/08/2019 à 10:47 - Mise à jour à 10:55
© Tony KARUMBA / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Une personne qui n'a pas encore été identifiée a gravé les prénoms "Camille" et "Julien" sur le dos d'un rhinocéros dans un zoo de Royan, dimanche 18 août. L'animal n'a visiblement pas souffert.

Le geste se voulait sans doute romantique, il s’est soldé par un acte où la stupidité se double de cruauté. Une personne -qui n’a pas encore été identifiée- a gravé deux prénoms sur le dos d’un rhinocéros dans un zoo de Royan en Charente-Maritime.

Selon une information du site Royan News, confirmée par France 3, les faits se sont déroulés dimanche 18 au zoo de La Palmyre. Dans ce parc animalier en effet, l’enclos du rhinocéros est si proche du public qu’il est possible de toucher la peau de l’animal quand celui-ci vient se positionner à la limite de l’espace qui lui est dédié.

C’est probablement à ce moment-là que l’auteur des faits a gravé les prénoms Camille et Julien sur le dos de l’animal. A priori, ce dernier n’a pas souffert de la manœuvre, sa peau étant si épaisse qu’il n’a rien senti. L’animal a d’ailleurs été nettoyé à l’aide d’une brosse permettant d’enlever la couche de peau morte, ce qui a permis d’effacer l’inscription, qui était notamment visible pour des visiteurs choqués d’un tel acte.

Toujours selon Royan News, le directeur de l’établissement, s’il rappelle que cet acte est bien entendu illégal, imagine que les auteurs n’ont peut-être pas eu conscience de la portée d’un acte aussi absurde, surtout si l’animal ne ressentant pas de douleur n’a pas réagi. "C’est vrai qu’il y a des choses qui nous semblent tellement évidentes qu’on oublie peut-être de les marquer dans le règlement intérieur" commente-t-il.

Voir aussi:

Un homme poursuivi pour "cruauté" après avoir décapité un coq avec les dents

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


L'animal a probablement subi l'acte alors qu'il s'approchait des visiteurs (illustration).

Newsletter





Commentaires

-