Dijon: les attaques au marteau revendiquées par un "commando" d'admirateurs du terroriste Anders Breivik

Dijon: les attaques au marteau revendiquées par un "commando" d'admirateurs du terroriste Anders Breivik

Publié le 03/11/2017 à 15:03 - Mise à jour à 15:26
© PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Le 26 septembre dernier un homme a attaqué deux étudiants et un membre du personnel de l'université de Bourgogne à Dijon. L'un d'eux avait été légèrement blessé et le suspect avait pris la fuite. Ce vendredi, les faits ont été revendiqués par un "commando".

C'est une bande audio de près de trois minutes que la rédaction de Bien Public a reçu ce vendredi 3. Celle-ci contenait la revendication des attaques au marteau perpétrées dans une rue de Dijon en septembre.

Les faits remontent au 26 septembre dernier. Dans le quartier de l'université de Bourgogne, rue Mansart, un homme dont le visage était dissimulé a frappé deux étudiants et un membre du personnel de l'établissement avec un marteau.

Seul l'employé a été légèrement blessé, ressortant de cette attaque avec quelques points de suture. Le suspect quant à lui a réussi à prendre la fuite. Une enquête a été ouverte mais l'homme court toujours à ce stade, début novembre.

Ce vendredi, une bande audio a donc revendiqué ces attaques. Le "commando de défense du peuple et de la patrie française" a expliqué avoir volontairement ciblé le "cœur d'un des symboles du multiculturalisme".

Ce groupe jusqu'alors inconnu a précisé que l'attaque a marqué "l'acte de naissance (du) mouvement" en assurant que d'autres méfaits seraient commis à l'avenir. Selon Bien Public, ils se sont qualifiés comme admirateurs d'Anders Behring Breivik.

Le terroriste norvégien avait perpétré une tuerie de masse sur l'île d'Utoya (sud du pays), qui avait fait près de 70 morts en 2011.

Le CDPPF a aussi regretté que le bilan de son "agent" n'ait pas été plus lourd: "malheureusement, l'inexpérience de notre agent a fait que malgré tout son sang froid et sa bonne volonté, il n'a pas pu faire mieux que les blesser légèrement". Le groupe, qui a justifié ses actes par des propos racistes.

Sur France 3 Bourgogne-Franche-Comté, le procureur de la République de Dijon s'est dit un peu surpris par le message audio. "Cette revendication semble un peu étonnante, puisqu'elle intervient plusieurs semaines après les faits".

L'enquête se poursuit donc avec de nouveaux éléments que la police judiciaire de Dijon devra traiter.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les attaques au marteaux avaient été perpétrées à la fin du mois de septembre.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-