Evreux: mort d'une petite fille d'une méningite foudroyante, une alerte déclenchée

Evreux: mort d'une petite fille d'une méningite foudroyante, une alerte déclenchée

Publié le 29/01/2018 à 18:45 - Mise à jour à 18:49
©Gelebart/20Minutes/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Le décès d'une petite fille de deux ans des suites d'une méningite foudroyante vendredi à Evreux a déclenché une alerte. L'ARS a identifié les personnes pouvant avoir été en contact avec la victime qui a succombé de cette maladie extrêmement contagieuse.

Une petite fille de deux ans est décédée vendredi 26 des suites d’une méningite bactérienne foudroyante à Évreux ( Eure). L’Agence régionale de santé (ARS) a déclenché la mise en place d’une procédure sanitaire d’urgence.

La petite victime se trouvait à la crèche lorsqu'elle a été prise de vomissements et s'est mise à souffrir de maux de tête importants tout en présentant des raideurs au niveau de la nuque et des taches rouges sur tout le corps. Soit les signes avant coureurs d’une méningite à méningocoques. Malgré son hospitalisation en urgence au CHU, elle a succombé dans la soirée.

Immédiatement l'ARS a identifié les personnes pouvant avoir été en contact avec la petite fille décédée de cette maladie extrêmement contagieuse: 167 enfants et 31 personnels ont été identifiés. Toutes ces personnes ont été contactées, et la quasi-totalité se sont vues recommander un traitement antibiotique préventif. 

Lire aussi - Herpes labial: un bébé meurt de la méningite, probablement après un baiser

"Nous avons tout mis en oeuvre pour que les familles puissent se procurer les traitements (...) Nous avons débloqué des stocks d'antibiotiques dans les hôpitaux pour approvisionner les pharmacies de garde", a fait savoir le docteur Benoit Cottrelle, responsable de la veille et de la sécurité sanitaire à l'ARS de Normandie, à France Bleu Normandie.

De son côté, la mairie d'Evreux a instauré une permanence afin d'identifier les personnes concernées par l'alerte. Le maire de la ville, Guy Lefrand, a demandé à ses administrés de ne pas céder à la panique: "Si vous n'avez pas été contacté par l'ARS, c'est que vous n'êtes pas concernés par le risque épidémique".

En effet, l’ARS a indiqué que le risque d’un autre cas mortel de méningite foudroyante demeurait très faible et que la situation était désormais sous contrôle.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L’ARS a indiqué que le risque d’un autre cas mortel de méningite foudroyante demeurait très faible.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-