Génocide rwandais: un génocidaire présumé devant les assises de Paris

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Génocide rwandais: un génocidaire présumé devant les assises de Paris

Publié le 30/05/2016 à 14:59 - Mise à jour à 15:00
©Damien Meyer/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Aux assises de Paris, certains doutent de la date, d'autres du nombre de participants, mais tous se souviennent d'avoir assisté à une réunion sur le terrain de football de Kabarondo, au Rwanda, où l'ex-bourgmestre Tito Barahira a appelé à "travailler", c'est-à-dire à tuer les Tutsi.

Tito Barahira, l'ancien fonctionnaire de près de 65 ans, jugé depuis mi-mai avec son successeur à la tête de ce village du sud-est du Rwanda pour sa participation au génocide de 1994, nie en bloc. Dénonce un "complot", une réunion "qui n'a jamais existé".

Ce Lundi 30 au matin, mains croisées sur les genoux, il est redressé sur son fauteuil, attentif, contrairement à d'autres moments où sa maladie -- il est dialysé trois fois par semaine -- l'entraîne dans le sommeil. Au fil des audiences, les témoignages l'accablent.

A la barre, Augustin Nsabimana explique que "tuer des Tutsi était devenu comme une loi". Surtout après l'attentat contre l'avion du président hutu Juvénal Habyarimana, le 6 avril 1994. "Barahira nous a dit que le président Habyarimana était mort à cause des Tutsi. Il fallait aller travailler pour assurer la sécurité." Dans les collines autour de Kabarondo, comme presque partout dans le pays, les premiers meurtres ont été signalés dès le 7 avril. Le génocide fera environ 800.000 morts d'avril à juillet, selon une estimation de l'ONU.

Dans cette commune rurale éloignée des lieux de pouvoir, le pire massacre s'est produit le 13 avril: des centaines voire des milliers de Tutsi ont été massacrés dans et autour de l'église. La réunion sur le terrain de foot a eu lieu "quelques heures" avant, selon Augustin Nsabimana, condamné à 20 ans de prison au Rwanda pour ses crimes, dont dix commués en travaux d'intérêt général. Ce jour-là, il était avec Eliezer, Samuel et Ernest, "convoqués" sur le terrain de football de Cyinzovu, près de Kabarondo-centre, à ce qu'ils qualifient tous de "réunion sur la sécurité".

Eliezer Ngendahimana a affirmé vendredi que "la réunion était dirigée par Tito Barahira", qui se plaignait que les habitants n'aient "pas assez travaillé à Bisenga", un secteur voisin, les appelant à faire mieux. "Travailler, c'est tuer, tuer des Tutsi", a traduit un autre participant, Onesphore Bizimungu.

Pourquoi obéir à cet homme qui n'était plus bourgmestre, demande à chacun l'avocat général Philippe Courroye. "Il avait été bourgmestre, il était important. Je pensais que peut-être on lui avait donné un autre poste", explique Augustin Nsabimana.

Pourquoi tuer aussi les femmes, les enfants? Ils n'étaient pas responsables de la mort du président. Mais pour Nsabimana, ils étaient "l'ennemi". Implacable, Ernest Ntaganda répond: "Comment aurions-nous pu épargner les enfants après avoir tué leurs mères?" Onesphore Bizimungu, seul à décrire Barahira armé d'une lance, affirme qu'ils étaient 2.000 à cette réunion. Les autres avancent tous un chiffre de 250 à 300 personnes.

Plusieurs de ces hommes, condamnés à de lourdes peines de prison au Rwanda, ont ensuite participé ou assisté au meurtre de trois personnes dans un bois voisin, à l'assassinat d'une femme et d'un enfant croisés sur une route. Des Tutsi, selon "leur carte d'identité". Quelques heures plus tard, ou le lendemain selon les témoins, grenades, machettes et gourdins s'abattaient sur les réfugiés de l'église.

Invité à s'expliquer, Tito Barahira dénonce une "réunion inventée" par d'anciens voisins eux-mêmes jugés pour avoir tué et qui avaient "intérêt" à le "mettre en cause pour voir leur peine diminuée ou aménagée". Avec méthode et calme, ce notable énumère ce qui l'occupait pendant ces premiers jours d'avril: la "taille de la clôture de cyprès", la fourniture de "fourrage pour l'étable" ou de "bois de chauffage pour la cuisine".

 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Tito Barahira, l'ancien fonctionnaire de près de 65 ans, jugé depuis mi-mai avec son successeur à la tête de ce village du sud-est du Rwanda pour sa participation au génocide de 1994, nie en bloc.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-