Indre-et-Loire: il s'invente un crime pour rejoindre son ami en prison

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Indre-et-Loire: il s'invente un crime pour rejoindre son ami en prison

Publié le 10/08/2018 à 08:22
©PATRICK KOVARIK/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Un homme a appelé la police d'Indre-et-Loire mercredi pour se dénoncer pour des faits de violences conjugales. Mais il n'avait en réalité commis aucun crime. Il voulait juste retrouver son meilleur ami incarcéré à la prison de Tours.

Ce n'était pas l'idée du siècle. Un homme originaire d'Indre-et-Loire a appelé police secours mercredi 8, à la mi-journée, pour se dénoncer pour un crime qu'il n'avait pas commis.

A l'opérateur du 17, il a assuré, très énervé, qu'il allait frapper sa femme et qu'il fallait venir l'arrêter pour l'empêcher de commettre l'irréparable.

Mais selon France Bleu Touraine, qui rapporte cette histoire peu banale, la victime fictive, l'épouse de cet homme donc, s'est saisie du combiné et a expliqué qu'elle n'était pas du tout en danger, et qu'elle était même très capable de se défendre s'il venait à l'idée de son mari de s'en prendre physiquement à elle.

Lire aussi: Indre-et-Loire - tué après avoir menacé un gendarme avec une arme factice

Pourquoi cette scène de ménages dans ce cas? Le couple était en réalité en train de se disputer car l'homme voulait rejoindre son meilleur ami, incarcéré à la prison de Tours, et il a pensé qu'en se dénonçant pour de fausses violences conjugales, la police l'arrêterait et l'emmènerait là-bas.

Les forces de l'ordre n'ont pas pris la peine de se déplacer pour cette affaire. Mais l'opérateur du 17 a remonté les bretelles de l'auteur du coup de téléphone, lui rappelant au passage les sanctions encourues quand on fait intervenir les services de secours pour rien.

Un appel abusif (que ce soit pour prévenir la police, le Samu ou les pompiers) peut être puni par six mois d'emprisonnent et une amende pouvant aller jusqu'à 7.500 euros.

Et aussi:

Un maire d'Indre-et-Loire condamné après une blague raciste sur les Arabes

Indre-et-Loire: un homme décède après un accident sur un passage à niveau

Indre-et-Loire: il perd son permis alors qu'il se rend au bac, les gendarmes le déposent

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un homme s'est dénoncé pour des violences conjugales imaginaires. Il voulait rejoindre son meilleur ami en prison. (Illustration)

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-