Isère : un éleveur détruit le drone qui a tué 14 de ses brebis, il risque une amende de 400 euros

Isère : un éleveur détruit le drone qui a tué 14 de ses brebis, il risque une amende de 400 euros

Publié le 25/10/2021 à 18:52
PHILIPPE HUGUEN / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

En août dernier, 14 brebis appartenant à Félix Portello chutaient dans un ravin, effrayées par un drone les survolant. Pour avoir détruit l’appareil, l’éleveur de Villard-Reculas (Isère) risque une amende de 400 euros.

« Il frôlait les brebis à toute vitesse »

400 euros pour avoir détruit le drone responsable de la mort de ses brebis. C’est ce que risque Félix Portello, un berger de 31 ans résidant à Villard-Reculas, en Isère. Le 11 août dernier, 14 de ses brebis sont tombées dans un ravin, effrayées par un drone qui volait au-dessus d’elles. « Il frôlait les brebis à toute vitesse avec un bruit d’enfer. Je faisais de grands gestes des bras pour qu’il arrête, mais rien à faire. Les brebis étaient affolées. Certaines sont allées dans un précipice », raconte le berger au Parisien.  

Alors que le propriétaire du drone se trouve encore loin, Félix Portello a détruit l’appareil. Entre les deux hommes, le ton est vite monté et des coups auraient été échangés.

« Je me suis senti agressé, j’ai répondu de manière proportionnée », reconnaît Félix Portello.

Une plainte déposée pour destruction de matériel

Le propriétaire du drone n’a toutefois pas porté plainte pour violence, mais pour destruction de matériel. Félix Portello devra s’en expliquer le mois prochain devant la justice. Il risque une amende de 400 euros. Il a déclaré qu’il déposera prochainement une plainte, mais n’a pas pu pour le moment se rendre à la gendarmerie, car son troupeau est toujours à l’estive.

Choqué, il espère désormais faire interdire le survol du bétail en montagne par drone. Quentin Mugnier, adjoint au maire de Villard-Reculas, a déclaré qu’un arrêté municipal est actuellement à l’étude.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




« Il frôlait les brebis à toute vitesse »

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-