La fermeture de la mosquée de Lagny-sur-Marne devant le Conseil d'Etat

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

La fermeture de la mosquée de Lagny-sur-Marne devant le Conseil d'Etat

Publié le 25/02/2016 à 15:34 - Mise à jour à 15:38
©Thomas Samson/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

"Le danger est toujours là": le ministère de l'Intérieur a défendu bec et ongles ce jeudi devant le Conseil d'Etat la fermeture de la mosquée de Lagny-sur-Marne, considérée comme "un foyer d'idéologie radicale".

L'arrêté préfectoral actant la fermeture de la mosquée, pris le 1er décembre dans le cadre de l'état d'urgence décrété dans la foulée des attentats de novembre, arrive à expiration ce jeudi 25 à minuit. Il est contesté par six requérants, ex-dirigeants du lieu de culte de Seine-et-Marne et simples fidèles.

Devant la plus haute juridiction administrative, la représentante du ministère de l'Intérieur, inflexible, a prévenu: "tant que nous n'aurons pas de garanties qu'il n'y a pas de risques qu'un nouveau foyer (de radicalisation, NDLR) se constitue, ça ne rouvrira pas". Un nouvel arrêté préfectoral sera pris pour proroger la fermeture de la mosquée après minuit, a-t-elle ajouté, l'état d'urgence ayant lui-même été prolongé de trois mois jusqu'au 26 mai.

Conséquence: si le Conseil d'Etat, qui doit rendre sa décision jeudi en fin de journée, juge l'arrêté du 1er décembre injustifié, la fermeture de la mosquée ne sera quoi qu'il en soit pas remise en question, puisqu'un nouvel arrêté entrera en vigueur.

"Le but n'est pas d'interdire aux fidèles de Lagny de prier, mais d'interdire au groupe de fidèles qui a noyauté l'association de disséminer leur idéologie radicale et de constituer des filières" de recrutement pour le jihad, a poursuivi la représentante de la place Beauvau.

L'avocat de l'Association des musulmans de Lagny dissoute mi-janvier, Karim Morand-Lahouazi, a lui plaidé pour la réouverture, avec une ligne de défense: les instances et les hommes qui ont pris la mosquée en main en mai "n'ont rien à voir avec le passé".

Une allusion à l'imam salafiste Mohamed Hammoumi, 34 ans, qui a officié à Lagny jusqu'à son départ en Egypte fin 2014. Ce dernier "a compté parmi ses élèves des personnes apparues dans l'entourage immédiat d'auteurs d'attentats terroristes", affirmait Bercy dans un arrêté pris en avril pour geler ses avoirs. Et aurait "joué un rôle majeur dans le recrutement de volontaires pour le jihad en Syrie".

"On veut nous faire croire que depuis le départ d'Hammoumi, tout va bien. Mystification!", a balayé le ministère de l'Intérieur. "Hammoumi a laissé des disciples à Lagny, dont le président de l'association". Le Conseil d'Etat a été saisi en référé, une procédure d'urgence, après le refus du tribunal administratif de Melun de suspendre la fermeture de la mosquée, présentée comme salafiste.

Moins de trois semaines après les attentats parisiens, au lendemain de l'arrêté, une opération policière d'envergure avait été menée le 2 décembre en pleine nuit à Lagny, commune de 21.000 habitants à quelques encablures d'Eurodisney.

Bilan dressé par le ministère: un revolver, des documents sur le jihad et "un disque dur dissimulé" saisis, une madrasa clandestine découverte, 22 interdictions de sortie du territoire et neuf assignations à résidence "d'individus radicalisés" prononcées.

L'Association des musulmans de Lagny, qui gère la mosquée, et les deux associations qui l'ont précédée ont été dissoutes dans la foulée, le 13 janvier. Une première, selon l'exécutif, qui affirme qu'aucune association cultuelle n'avait encore été dissoute par quelque gouvernement que ce soit.

Pour le président de l'association dissoute des musulmans de Lagny, Mohammed Ramdane, "il n'y avait rien à reprocher à la mosquée, car rien n'a été trouvé lors des perquisitions". "Les fidèles n'ont plus aucun endroit pour se recueillir, les lieux de culte alentour sont saturés: c'est le travail mené par toute une communauté qui a été détruit", déplore-t-il.

Pour lui, l'opération policière menée à Lagny a été "un coup médiatique".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'arrêté préfectoral actant la fermeture de la mosquée, pris le 1er décembre dans le cadre de l'état d'urgence décrété dans la foulée des attentats de novembre, arrive à expiration ce jeudi 25 à minuit.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-