Les gendarmes font un contrôle routier et tombent sur une poupée gonflable

Les gendarmes font un contrôle routier et tombent sur une poupée gonflable

Publié le 07/03/2018 à 18:42 - Mise à jour à 18:55
©Capture d'écran Facebook
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Alors qu'ils effectuaient dimanche des contrôles routiers à un rond-point près de Lure, les gendarmes de Haute-Saône ont découvert avec surprise une poupée gonflable sur le siège passager d'un véhicule. Sur Facebook, ils ont raconté l'anecdote.

Ils sont tombés sur une passagère un peu particulière. Alors qu'ils effectuaient des contrôles routiers dimanche 4 à un rond-point près de Lure, les gendarmes de Haute-Saône ont découvert avec surprise une poupée gonflable sur le siège passager d'un véhicule, selon une information rapportée ce mercredi 7 par L'Est Républicain.

Comme l'ont expliqué avec humour les militaires sur leur page Facebook, la jeune femme en plastique n'a écopé d'aucune amende. Elle était en règle "au regard du code de la route" car elle portait "sa ceinture de sécurité". Le conducteur a expliqué qu'il s'agissait d'une plaisanterie, selon les éléments rapportés par le quotidien.

Surpris par cette rencontre, les gendarmes ont posté une photo de la poupée sur le réseau social confiant qu'avec toutes leurs anecdotes, ils pourraient "écrire un livre".

Lire aussi- En Chine, des poupées sexuelles parlantes contre la solitude

A noter que les poupées gonflables "dernière génération" sont de plus en plus confondues avec de vraies femmes. En effet, ces dernières années, les progrès technologiques ont permis de les rendre ultra réalistes à tel point qu'elles sont aujourd’hui commercialisées en masse dans de nombreux pays comme au Japon ou en Chine. En France aussi, ce marché semble porter ses fruits. Récemment, une maison close de poupées sexuelles a d'ailleurs ouvert ses portes à Paris.

Concrètement, pour 89 euros, les clients ont le droit de passer une heure avec l'une des trois poupées Kim, Sophia ou Lily. "Si ça peut aider des gens à avoir une sexualité alors qu'ils sont dans une misère sexuelle la plus profonde, je trouve ça bien. Apporter un petit peu de bonheur à ces gens-là, je trouve que c'est une belle activité", avait expliqué le patron de l'établissement au micro d'Europe 1.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




En Haute-Saône, un conducteur a été contrôlé avec une poupée gonflable à l’avant de son véhicule.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-