Maëlys : les restes de l'enfant découverts, Lelandais avoue l'avoir tuée

Auteur:
 
Par AFP - Pont-de-Beauvoisin
Publié le 14 février 2018 - 19:04
Image
Des gendarmes et des experts en médecine légale fouillent une cabane de jardin le long d'une route près de Domessin dans l'est de la Savoie le 14 février 2018
Crédits
© PHILIPPE DESMAZES / AFP
Des gendarmes et des experts en médecine légale fouillent une cabane de jardin le long d'une route près de Domessin dans l'est de la Savoie le 14 février 2018
© PHILIPPE DESMAZES / AFP

Les restes de la petite Maëlys, disparue fin août en Isère, ont été retrouvés mercredi en fin d'après-midi sur les indications de Nordahl Lelandais qui a admis avoir tué "involontairement" l'enfant, a annoncé le procureur de la République de Grenoble Jean-Yves Coquillat.

Lelandais a également reconnu qu'il "s'était débarrassé du corps", mais a refusé de s'exprimer sur les circonstances de la mort de la fillette.

Il a aussi présenté ses excuses aux parents de Maëlys, à Maëlys et aux juges, a ajouté M. Coquillat lors d'une conférence de presse à la mairie de Pont-de-Beauvoisin (Isère).

"Ce soir, les parents de Maëlys savent que leur fille est morte, qu'elle a été tuée", ont été les premiers mots du procureur.

Il aura fallu une journée entière de recherches, rendues très difficiles par la neige et le terrain escarpé, pour mettre au jour des restes de la petite fille. "Les gendarmes et des chiens ont permis de découvrir le crâne de l'enfant et un ossement", a précisé M. Coquillat.

Nordahl Lelandais a dit qu'il s'expliquerait "ultérieurement" sur les circonstances de la mort de Maëlys.

Dans la journée, il a emmené les enquêteurs près du domicile de ses parents, à Domessin (Savoie), proche de Pont-de-Beauvoisin où la fillette avait disparu fin août lors d'une fête de mariage.

Le suspect a expliqué y avoir déposé le corps de l'enfant, être ensuite repassé à la fête du mariage puis être revenu à Domessin, avoir mis Maëlys dans le coffre de sa voiture avant de l'abandonner dans le massif de la Chartreuse, a détaillé le procureur de Grenoble.

C'est sur ses indications que les enquêteurs ont pu retrouver, à l'aide de chiens spécialement entraînés, les restes de l'enfant.

"Les investigations vont continuer", notamment pour déterminer les circonstances de la mort de Maëlys.

Le magistrat a expliqué ce rebondissement par la découverte d'une trace de sang de Maëlys "sous le tapis de sol" du coffre de la voiture du suspect, après que les juges d'instruction eurent fait désosser le véhicule.

Ayant pris connaissance de cette expertise, son avocat Alain Jakubowicz est allé rendre visite mardi à Lelandais qui a demandé aux juges d'instruction de l'entendre. Ce qui a été fait mercredi matin.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
sarko
Nicolas Sarkozy, lapin bling-bling mariné dans des affaires en tous genres
PORTRAIT CRACHE - Que dire de Sarko, tant cet homme a défrayé la chronique, de procès-verbaux en registres de tribunaux ... ? Tout ou rien ... Cet ancien président, mi...
21 juillet 2024 - 10:13
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.