Marseille: blessé à 11 ans dans une fusillade, un jeune homme témoigne aux assises

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Marseille: blessé à 11 ans dans une fusillade, un jeune homme témoigne aux assises

Publié le 04/10/2016 à 17:30 - Mise à jour à 17:31
©Damien Meyer/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

A l'âge de 11 ans, Lenny s'est fait tiré dessus dans une cité marseillaise. Il vient de témoigner aux assises des Bouches-du-Rhône où sont jugés les redoutés frères Bengler. Six ans après les faits, le jeune homme porte encore les stigmates de la tentative d'assassinat dont il a été victime: son cou est barré d'une large cicatrice et son visage légèrement déformé

"Je ne suis pas capable de dire: sûr et certain, c’est eux": Lenny, victime à 11 ans de tirs de kalachnikov dans une cité marseillaise, a témoigné ce mardi 4 aux assises des Bouches-du-Rhône où sont jugés les redoutés frères Bengler. Six ans après les faits, Lenny, en survêtement blanc et bleu marine, porte encore les stigmates de la tentative d'assassinat dont il a été victime: son cou est barré d'une large cicatrice et son visage légèrement déformé.

Ce 19 novembre 2010, une équipe de malfaiteurs avait déboulé à bord de deux voitures dans la Cité du Clos la Rose. Les tueurs avaient abattu à l'arme de guerre un guetteur de 16 ans, Jean-Michel Gomez, puis, dans un deuxième temps, ouvert le feu sur l'enfant. Ce règlement de comptes avait soulevé une vive émotion et braqué les projecteurs sur les quartiers nord de Marseille. Six ans après, François et Nicolas Bengler, considérés comme les dirigeants d'une violente bande de trafiquants, les "Gitans", sont jugés, aux côtés de deux de leurs lieutenants présumés, pour cet assassinat.

Le jeune homme, touché en 2011 en bas de l'immeuble de sa sœur à qui il rendait visite, pense-t-il avoir été délibérément visé? "J’avais onze ans! Il n’y avait aucune raison. Je pense qu’ils voulaient tuer n’importe quel jeune du quartier", a-t-il déclaré mardi. Son témoignage était une pièce maîtresse de l'accusation, dans un dossier qui souffre de l'absence de preuves matérielles. Lors de l'instruction, ses déclarations s'étaient faites de plus en plus précises, jusqu'à reconnaître, un an après les faits, les deux accusés lors d'un tapissage derrière une glace sans tain.

A la barre de la cour d'assises des Bouches-du-Rhône, à Aix-en-Provence, Lenny n'a pas confirmé formellement avoir reconnu les accusés et, sans se dédire, s'est fait moins certain. "Je n’ai jamais été formel, je ne veux pas viser des gens pour rien alors que je ne me souviens même pas de ce que j’ai mangé hier soir", a-t-il expliqué. Le jeune garçon a évoqué "le temps passé", "les trous de mémoire": "Non, je n’ai pas essayé d’oublier, c’est parti tout seul". 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le jeune homme a témoigné ce mardi aux assises des Bouches-du-Rhône où sont jugés les redoutés frères Bengler.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-