Meudon: les animatrices d'un centre de loisirs oublient un garçon de trois ans dans les bois

Meudon: les animatrices d'un centre de loisirs oublient un garçon de trois ans dans les bois

Publié le 28/10/2016 à 16:36 - Mise à jour à 16:46
©DR
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Alors qu'un groupe d'enfants était en sortie mercredi en forêt de Meudon, les animatrices sont reparties sans se rendre compte qu'elles en laissaient sur place. Âgé de 3 ans, le garçon a finalement été retrouvé et remis à ses parents.

L'affaire aurait pu tourner au drame mais heureusement tout est bien qui fini bien. Un garçonnet de trois ans a été oublié par les animatrices du centre de loisirs Paul-Bert de Malakoff, lors d'une sortie en forêt dans les bois de Meudon mercredi 26.

Au moment de quitter les lieux, aux alentours de 11 heures du matin, les deux animatrices du centre qui accompagnaient les seize enfants pour cette sortie ne se sont pas aperçu de l'absence du petit garçon, raconte Le Parisien .

Heureusement pour l'enfant, un joggeur qui avait croisé le car du centre de loisirs tombe rapidement sur le garçon, choqué et en larmes. Il alerte immédiatement la police, qui prend en charge l’enfant au commissariat, en attendant que sa disparition soit signalée. Les forces de l'ordre diffusent un appel après de leurs collègues du secteur.

Toutefois rien ne vient avant 18h, heure à laquelle les parents doivent venir chercher les enfants au centre de loisirs. Les animatrices "non titulaires" s'aperçoivent alors de la disparation du petit garçon qu'elles cherchent en vain sur les lieux. Les parents de l'enfant oublié partent alors vers le commissariat et retrouvent soulagé leur foils en bonne santé quoique très décontenancé par sa mésaventure. Ils n'ont pas souhaité porté plainte contre le centre de loisirs.

Toutefois, une enquête a été ouverte pour disparition inquiétante. Les deux employées du centre et la directrice ont été entendues au commissariat de Meudon. Les animatrices ont été remerciées et la directrice a été suspendue de ses fonctions le temps de l’enquête administrative. Les parents ont été reçus ce vendredi par une psychologue. 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Alors qu'un groupe d'enfants était en sortie mercredi en forêt de Meudon, les animatrices sont reparties sans se rendre compte qu'elles en laissaient sur place.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-