Mort d'une gilet jaune en Savoie : la conductrice a volontairement redémarré

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 20 novembre 2018 - 11:30
Image
La conductrice qui a écrasé le 17 novembre 2018 une manifestante en "gilet jaune" au Pont-de-Beauvoisin en Savoie a été mise en examen et placée sous contrôle judiciaire
Crédits
© ROMAIN LAFABREGUE / AFP
Une enquête a été ouverte après la mort d'une gilet jaune à Pont-de-Beauvoisin.
© ROMAIN LAFABREGUE / AFP
Une manifestante gilet jaune a été tuée samedi à Pont-de-Beauvoisin en Savoie. Une automobiliste l'a renversée au volant de sa voiture. Des images de caméras de vidéosurveillance montrent qu'elle a volontairement redémarré.

L'enquête progresse et semble accabler la conductrice. Une manifestante gilet jaune, Chantal mazet, est morte samedi 17, journée de mobilisation très suivie, à Pont-de-Beauvoisin en Savoie.

Alors qu'avec d'autres manifestants elle organisait un barrage filtrant, elle a été renversée par une automobiliste. 

Les forces de l'ordre ont visionné, dans le cadre de l'enquête ouverte dans la foulée, les caméras de vidéosurveillance qui ont, semble-t-il, filmé la scène tragique.

A voir aussi: Gilets jaunes - prison ferme pour l'automobiliste qui a foncé sur les manifestants

Et selon France Bleu pays de Savoie, les images parlent d'elles-mêmes. "Il était impossible de qualifier l'acte d'involontaire", a indiqué le parquet de Chambéry. Il semblerait cependant que la conductrice du 4x4, entourée par des gilets jaunes, "était paniquée et ne se rendait pas compte de ce qu'elle faisait".

Elle a été arrêtée et est actuellement poursuivie pour "violences volontaires avec arme par destinations ayant entrainé la mort sans intention de la donner". Les enquêteurs cherchent cependant toujours des signes qui pourraient contredire cette absence d'"intention".

Les témoins du drame ont déjà été entendus par les hommes chargés de l'affaire et la suspecte va faire l'objet d'une expertise psychologique et devra aussi être réentendue prochainement.

La question des violences volontaires ou non est capitale pour la conductrice. Si les violences volontaires sont retenues, le drame sera jugé comme un crime et l'automobiliste risquera 15 ans de prison contre "seulement" six en cas d'homicide involontaire.

A lire aussi:

"Gilets jaunes": Castaner dénonce la "dérive totale" des manifestations

Gilets jaunes - blocages des dépôts de carburant: vers une pénurie d'essence?

Affrontements entre CRS et gilets jaunes: un homme finit le visage en sang (vidéo)

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Mélenchon
Jean-Luc Mélenchon, un désillusionné à la quête de sa VIe République
PORTRAIT CRACHE - De l'UNEF à la fondation de La France Insoumise, le chemin politique de Jean-Luc Mélenchon est un véritable tourbillon de dissidences, de réactions ...
18 mai 2024 - 16:30
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.