Niort: violée six fois sous les yeux de son petit-ami qui n'a rien pu faire

Niort: violée six fois sous les yeux de son petit-ami qui n'a rien pu faire

Publié le 16/11/2018 à 06:52 - Mise à jour à 06:54
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

La cour d'assises des Deux-Sèvres juge depuis mercredi deux hommes pour avoir agressé un couple en 2015. La jeune femme avait été violée à six reprises par un des agresseurs devant son petit-ami.

L'affaire qui avait eu lieu en 2015 avait beaucoup ému à Niort. Un couple de jeunes gens avait été violemment agressé par deux hommes qui avait passé à tabac le jeune homme avant d'extorquer de l'argent à la jeune femme et de la violer à plusieurs reprises. Jean-Marc Finkoual et de Fakhrdin Mohamadi Chibaco sont jugés depuis mercredi 14 par la cour d'assises des Deux-Sèvres. Les deux accusées encourent de 15 à 20 ans de prison.

Comme le rappelle La Nouvelle République, les faits avaient eu lieu dans la nuit du jeudi 1er au vendredi 2 octobre 2015. Les deux accusés avaient déjà eu des mots avec le couple au sein d'un établissement de nuit mais les videurs étaient intervenus. Ce n'est que vers 4h du matin, alors que les victimes rentrent chez elle que les prévenus les agressent violemment. Le jeune homme va être très violemment frappé par les deux agresseurs sur le court trajet qui les amènent au sas d'une banque où le couple est traîné. Il a la tête en sang et gît KO sur le sol.

Lire aussi - Niort: une étudiante violée sous les yeux de son petit-ami

Jean-Marc Finkoual et de Fakhrdin Mohamadi Chibaco vont alors exiger de la jeune fille qu'elle retire de l'argent, 450 euros au total. Les prévenus vont alors faire traverser la route à leurs victimes. Fakhrdin Mohamadi Chibaco s'en va un peu plus loin alors Jean-Marc Finkoual va violer à six reprises la jeune femme sous les yeux de son ami, tétanisé par la peur.

"Finkoual, par son assurance, a une emprise psychologique sur lui, il le domine physiquement. Guillaume a peur du fait que, s’il tente la moindre chose, s’il ne parvient pas à prendre le dessus ou s’il s’enfuit, elle subisse des violences. Quand je l'ai auditionné, il est marqué par le fait de ne pas avoir pu la défendre", a  expliqué au procès un enquêteur de la police judiciaire.

Jeudi 15, la victime, qui a depuis obtenu un diplôme d'infirmière au courage, a livré un témoignage d'une rare dignité. "Je pleurais mais je ne le ressentais pas, je ne voulais pas qu'il gagne", a-t-elle expliqué.

Jean-Marc Finkoual a expliqué avoir agi sous l'emprise d'une "pulsion" et a dit "regretter" les "actes ignobles" dont il s'est rendu coupable. Il a assuré avoir changé depuis.

Le verdict est attendu ce vendredi 16.

Voir:

Un père pédophile incarcéré recrute un inconnu pour violer sa fille

Il attire une fillette de 3 ans avec du chocolat, la viole et la bat à mort

Nièvre: parents et amis accusés de violer leurs enfants, une affaire "hors normes"

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le procès de deux hommes poursuivit pour une agression et un viol d'une rare violence s'est ouvert à Niort mercredi.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-