Puisseguin: un an après le drame, une journée de commémoration réunit les familles endeuillées

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Puisseguin: un an après le drame, une journée de commémoration réunit les familles endeuillées

Publié le 23/10/2016 à 15:33
©Régis Duvignau/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Il y a un an, l'accident entre un car et un camion à Puisseguin, en Gironde, provoquait la mort de 43 personnes. Un an après, la cérémonie de commémoration ne parvient pas à faire oublier que l'enquête ne trouve toujours pas les raisons de l'embrasement des véhicules.

Un an, jour pour jour, après la collision entre un camion et un autocar qui avait fait 43 morts à Puisseguin (Gironde), proches des victimes, rescapés et élus se sont rassemblés dimanche pour saluer la mémoire des morts.

Les dizaines de familles endeuillées et les huit rescapés ont tous exprimé la volonté de rester "le plus loin possible des journalistes", pour cette journée de commémoration de l'accident routier le plus meurtrier en France depuis celui de Beaune (Côte-d'Or) en 1982 (53 morts, pour la plupart des enfants).

Cette matinée très fraîche d'après-vendanges au coeur du vignoble de Saint-Emilion a été ponctuée de plusieurs cérémonies, une messe et l'inauguration de deux stèles où sont gravés les noms des 43 victimes.

La première plaque commémorative, surmontée d'une imposante colombe de plâtre blanc,"symbole de paix et d'amour", a été dévoilée par Patricia Raichini, maire de Petit-Palais-et-Cornemps. C'est de cette petite commune qu'est parti le club du 3e âge, en ce matin du 23 octobre 2015, pour une expédition festive dans les Pyrénées.

Elle-même endeuillée, des sanglots dans la voix, Patricia Raichini a égréné les noms des victimes, dont ceux de ses trois belles-soeurs qui ont péri dans le brasier, encore inexpliqué, des deux véhicules entrés en collision.

Un an après, rares sont les proches prêts à témoigner devant les journalistes tenus à l'écart derrière des barrières.

Micheline Martin raconte, en pleurs, qu'elle a perdu sa soeur Mauricette Belvalette, 64 ans: "Le plus dur c'est de penser qu'elle a pu être consciente et qu'elle a souffert", confie cette sexagénaire à l'AFP, ajoutant: "Un an après, on va toujours aussi mal".

A cinq kilomètres de là, des dizaines de proches sont venus, à pied ou dans des minibus affrétés par les communes, fleurir de roses blanches le lieu de l'impact, dans un virage entre vignobles et bosquets, sur la petite départementale (D17) sinueuse de Gironde, à l'entrée de Puisseguin.

A Puisseguin, dans l'église bondée, deux prêtres ont célébré une messe au son d'un violon jouant l'Ave Maria de Charles Gounod.

"C'est très important d'être ici aujourd'hui, ça aide les familles à se reconstruire... elles ont besoin d'aller ressentir les choses sur les lieux", a expliqué David Résendé, maire de Camps-sur-l'Isle, autre village endeuillé.

Le maire de Puisseguin, Xavier Subletta, a dévoilé une seconde stèle à côté de l'église, avec vue sur le virage du drame. Il a évoqué, la voix étranglée par l'émotion, un matin où "tout a basculé dans le malheur".

Alors que l'enquête s'annonce longue, l'élu a exprimé "l'émotion" de chacun mais aussi "la colère" de voir en ces temps de progrès technologiques des véhicules "brûler aussi rapidement et aussi intensément".

Le chauffeur du car, David Daubigeon, qui a aidé plusieurs passagers à sortir des flammes, écoutait, recueilli. "Il n'y a pas de héros, il faut être humble et respecter les victimes", a-t-il sobrement dit à l'AFP.

Le secrétaire d'Etat chargé de la Réforme de l'État, Jean-Vincent Placé, a conclu les cérémonies en assurant que "l'État n'oublie pas" et que "l'accompagnement des victimes est une prorité du gouvernement".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Même si certaines pistes sont privilégiées, il n'existe aucune conclusion pouvant expliquer l'embrasement des véhicules.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-