Renvoyée des urgences après une fausse couche, on lui dit de mettre son fœtus "à la poubelle"

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Renvoyée des urgences après une fausse couche, on lui dit de mettre son fœtus "à la poubelle"

Publié le 26/08/2018 à 12:41 - Mise à jour à 12:46
© PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Une femme qui venait de faire une fausse couche a été renvoyée chez elle par les urgences de Besançon, le 17 août dernier. Elle a dû expulser son fœtus mort dans sa baignoire. Contacté par son compagnon, l'hôpital lui a dit de le mettre "à la poubelle".

Un couple de Besançon a dénoncé ce dimanche 26 dans les colonnes de l'Est Républicain la façon dont-il a été traité par le personnel de l'hôpital de Besançon et les conditions dans lesquelles la femme a dû expulser chez elle son fœtus mort. Le service des urgences de l'hôpital a constaté sa fausse-couche et l'a renvoyée chez elle avec une ordonnance d'antidouleurs.

Les faits se sont déroulés le 17 août dernier. La femme enceinte de trois mois s'était rendue aux urgences après avoir perdu beaucoup de sang dans la nuit. Après trois heures d'attente, elle a été prise en charge et une échographie a révélé que son bébé était malheureusement mort. 

Voir: CHU de Besançon - une femme médecin tente de se suicider par pendaison

"Le personnel m’a précisé que je pouvais rentrer chez moi et que le fœtus sortirait tout seul petit à petit". C'est donc dans sa baignoire et après d'intenses douleurs que la jeune femme a recueilli le bébé mort de sept centimètres "entier et formé". Choqué et inquiet d'éventuels complications, son compagnon a appelé l'hôpital, notamment pour qu'ils s'occupent du fœtus: "La personne au bout du fil m’a dit que l’hôpital n’en ferait rien et que nous n’avions qu’à le mettre à la poubelle!", raconte-t-il au quotidien.

Le couple ne comprend pas pourquoi la femme n'a pas été prise en charge sur place pour supporter cette difficile expérience et prévenir les risques. 

Contacté par L'Est Républicain, l'hôpital a invité la jeune femme à s'adresser à la direction et rappelé qu'un rendez-vous pour une consultation lui avait été donné pour le 23 août lors de sa venue. Le secret médical ne lui permet cependant pas d'entrer dans les détails des traitements d'une patiente.

Cette affaire survient alors que la prise en charge des patients dans des urgences saturées sont régulièrement décriés. Le gouvernement doit dévoiler en septembre une réforme du système hospitalier.

Lire aussi:

Série noire à l'hôpital: les urgences à l'agonie

Dans les hôpitaux psychiatriques, moins de soins, mais du "gardiennage"

Hôpital: la réforme sera présentée début septembre selon Agnès Buzyn

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les urgences ont renvoyé chez elle la patiente pour qu'elle y expulse son fœtus mort.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-