Torture, cruauté animale et avortement forcé: une mère de 15 enfants accusée

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 04 juillet 2019 - 13:59
Image
Marteau, justice, illustration, avocat,
Crédits
©Activedia/Pixabay
La mère est accusée de tortures extrêmes sur certains de ses enfants.
©Activedia/Pixabay

Mercredi 3, une mère de famille du Nouveau-Mexique a été présentée à la justice. Elle est poursuivie pour une longue liste de tortures sur certains de ses enfants, et des actes de cruauté animale extrêmes. 

L’affaire est sordide et la liste des tortures semble à peine croyable. Une femme a été présentée à un juge mercredi dans l’Etat américain du Nouveau-Mexique pour une série de tortures d’une cruauté inouïe. Des actes qu’elle a perpétrés, pour des motifs mal définis, sur certains de ses 15 enfants, comme le rapporte notamment CNN.

Selon le témoignage de l’un des enfants, une jeune fille aujourd’hui adolescente, la mère a par, par exemple, ouvert le feu sur le bras de l’un de ses enfants quand celui-ci allait jeter les ordures, enchaîné l’une de ses filles qui "mangeait trop", ou frappé une autre de ses filles jusqu’à ce qu’elle fasse une fausse couche. Il ne s’agit là que des cas les plus extrêmes parmi la liste des exactions.

Mais outre des violences à l’encontre de ces enfants, la mère, une certaine Martha Crouch, commettait aussi des actes cruels sur les animaux de la famille. En octobre 2018, la chienne de la famille ayant mis bas quatre petits chiots, la suspecte plutôt que de les donner a préféré les mettre à mort en les faisant bouillir vivant dans une marmite. Elle a aussi empoisonné à mort un chat recueilli par l’une de ses filles. Plus atroce encore: pour punir ses enfants, la mère a abattu un chien auquel tenait sans doute les enfants, l’a enterré dans le jardin puis, l’a déterré pour le prendre en photo avant de le remettre en terre.

Lire aussi: Menton - Viol, torture, barbarie extrême et victime "défouloir": 2 maçons devant les assises

Il est difficile de savoir à quand remonte les premiers sévices. La famille a en effet déménagé plusieurs fois dans différents Etats (l’Alaska, le Kansas, le Missouri et le Montana) notamment pour fuir les services sociaux qui s’intéressaient à la famille. Les parents expliquaient à leurs enfants que s’ils parlaient à la police ou à des assistants sociaux, ces derniers viendraient les prendre pour les violer.

Selon les premiers éléments de l’enquête, seule la mère aurait commis des sévices. Le père, Timothy, est également poursuivi pour "obstruction" à l’enquête, notamment pour avoir déménagé afin d’échapper aux enquêtes sociales.

Seul élément de leur défense, l'un de leurs enfants, aujourd'hui adulte, qui conteste le portrait fait de sa mère et de son père. "Mes parents sont des gens merveilleux. Ma maman et mon papa ont les meilleures personnes que vous pourrez rencontrer". Ce n'est visiblement pas l'avis de ses frères et soeurs.

Voir aussi:

Cognac: un homme torturé à mort dans un appartement

Il torture à mort des opossums par pur sadisme et diffuse les images sur Snapchat