Un détenu transgenre change de sexe une deuxième fois... et retourne en prison pour hommes

  •  Soutenez l'indépendance de FranceSoir, faites un don !  

Un détenu transgenre change de sexe une deuxième fois... et retourne en prison pour hommes

Publié le 04/10/2018 à 10:15 - Mise à jour à 10:18
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Au Royaume-Uni, d'après le journal Metro, un détenu né homme et devenu femme va redevenir un homme... et retourner dans une prison pour hommes. La question des prisonniers transgenres est sensible dans le pays après un scandale d'agressions sexuelles.

Cette détenue était née homme et purgeait depuis dix ans une peine de prison dans un centre de détention pour femmes au Royaume-Uni. Elle a changé de centre pénitentiaire car elle a changé de sexe… une deuxième fois comme le rapporte la version britannique du journal Metro.

Selon le journal, après de longues années de détention, cette femme est tombée amoureuse d'une codétenue et a décidé de redevenir un homme suite à cette idylle. L'affaire relance la question sensible au Royaume-Uni des détenus transgenres après le scandale Karen White. Cette dernière, 52 ans, se présentant comme un homme ayant changé de sexe et détenue dans une prison pour femmes est accusée d'agressions sexuelles par certaines de ses codétenues.

Voir aussi: Emprisonnée dans une prison pour femmes, la transgenre viole ses codétenues

L'enquête a montré que des dysfonctionnements avaient sans doute permis au transgenre de se faire emprisonner dans une prison pour femme de manière injustifiée. Karen White –né Stephen Wood– n'a pas subi de chirurgie visant à lui ôter la verge –ce qui n'est pas obligatoire au Royaume-Uni pour déclarer un changement de sexe– et n'aurait pas reçu un diagnostic médical conforme précisant bien qu'il y avait inadéquation entre le sexe de naissance et l'identité de genre.

Concernant le cas du transgenre qui s'est marié, le média britannique précis que les services sanitaires pénitentiaires britanniques ont pris en charge les frais des deux réassignations sexuelles, chacune ayant coûté 30.00 livres sterling (environ 34.000 euros).

Lire aussi:

Une transgenre a une voix d'homme au téléphone, la banque bloque son compte

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le détenu transgenre se trouvait jusque-là dans une prison pour femmes.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-