Un étudiant marocain renvoyé à Casablanca à deux semaines des partiels

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Un étudiant marocain renvoyé à Casablanca à deux semaines des partiels

Publié le 02/05/2018 à 12:54 - Mise à jour à 13:03
© SYLVAIN THOMAS / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un étudiant marocain de 24 ans, a été arrêté et renvoyé à Casablanca lundi. Il devait passer ses partiels dans deux semaines. Ses enseignants et camarades de fac lui ont manifesté son soutien. Le jeune homme compte, lui, déposer un recours car il estime que ses droits n'ont pas été respectés.

Un étudiant marocain de 24 ans, inscrit en licence d'Administration économique et sociale à l'université de Pau (Pyrénées-Atlantiques), a été arrêté lundi 30 avril au matin et expulsé vers le Maroc, par un vol depuis Bordeaux pour Casablanca.

Le jeune homme, qui étudie en France depuis cinq ans, devait passer ses partiels dans deux semaines. Il est parti avec très peu d'affaires et sans argent.

Selon France Bleu Béarn, Il se savait sous le coup d'une expulsion et était même assigné à résidence depuis décembre dernier. Il espérait tout de même pouvoir terminer son année et valider sa licence avant de rentrer au Maroc.

Lire aussi: interpellé sans pièce d'identité, un Franco-Camerounais a été placé en centre de rétention administratif

Etudiants et professeurs lui ont apporté son soutien mais n'ont pu organiser de manifestation pour empêcher son départ, son expulsion ayant été expéditive.

En effet, le jeune homme a été arrêté lundi matin et renvoyé à Casablanca le soir même, sans que soit respecté le délai de 48 heures lui permettant de déposer un recours et de rester sur le territoire français.

L'étudiant entend faire respecter ce droit et déposer un nouveau recours pour pouvoir revenir et passer ses examens.

En attendant, les syndicats étudiants se sont mobilisés pour lui. Ils sont allés manifester devant le centre de rétention administrative d'Hendaye mardi 1er mai.

"Pour nous, chaque étudiant.e inscrit.e à l'université bénéficie d'un droit identique à suivre sa scolarité jusqu'au bout quelle que soit sa nationalité. Nous ne pouvons tolérer que cet étudiant en passe d'obtenir sa licence se trouve brutalement privé de la possibilité de poursuivre ses études comme il l'entend", ont-ils fait savoir via un communiqué.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un étudiant marocain de 24 ans a été expulsé lundi, alors qu'il devait passer ses partiels dans quinze jours.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-