AlloCovid ? Le robot vous oriente

Auteur(s)
France-Soir
Publié le 27 avril 2020 - 12:12
Image
Une femme téléphone à ses proches après l'attentat du métro de Londres, le 15 septembre 2017
Crédits
© Daniel LEAL-OLIVAS / AFP
AlloCovid vous conseille en fonction de vos symptômes mais aussi de votre état de santé
© Daniel LEAL-OLIVAS / AFP
Le numéro de téléphone AlloCovid a été lancé ce lundi matin par des chercheurs de l’Inserm. Au bout du fil, une voix de femme et en réalité mille robots conseillent les personnes inquiètes quant à une éventuelle contamination au Covid-19. 
 
Composez le 0806 800 540, vous aurez peut-être l’impression d’être accueilli par votre GPS. C’est une voix féminine qui vous met dans le bain : « Je suis votre assistant virtuel ». La suite de la conversation est un questionnaire, auquel vous êtes invité à répondre par oui ou non, ensuite analysé en temps réel pour vous prodiguer des conseils comme appeler le 15, consulter votre médecin traitant ou simplement rester confiné. 
 
Trois minutes de questionnaire 
 
Fièvre, toux, perte de goût, diarrhées, la première partie de ce questionnaire porte sur vos symptômes actuels. Jusque-là, tout semble normal.
Cela devient un peu plus déroutant quand votre interlocutrice virtuelle commence à vous interroger sur votre état de santé habituel (« êtes-vous diabétique ? ») et vos antécédents médicaux (« avez-vous eu un cancer ? »). 
Aux dernières questions, sexe, poids, taille et code postal, d’aucuns pourraient penser que ce robot-là se montre carrément intrusif !
 
L’Inserm tient à expliquer, et à rassurer. D’une part, l’institut affirme que les numéros de téléphone ne sont pas stockés et que les « conversations » sont anonymisées. D’autre part, le fait de donner son code postal a une utilité précise : pouvoir identifier rapidement d’éventuels foyers de résurgence du Covid-19.  
 
Le numéro de téléphone AlloCovid n’est pas lié à la future application StopCovid, dont la mise en place devrait être décidée demain, se présentant même comme une alternative. Les données recueillies ne devraient donc pas être partagées. 
 
A lire aussi : Stop Covid : Tracer, c'est auto-tester  
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don