Grossesse et malformations: après le valporate, les risques d'autres médicaments étudiés

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Grossesse et malformations: après le valporate, les risques d'autres médicaments étudiés

Publié le 25/04/2019 à 09:18 - Mise à jour à 09:21
©Fred Dufour/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

L'ANSM a publié ce jeudi 24 une analyse mettant en garde les femmes enceintes contre l'usage de certains médicaments antiépileptiques en raison des risques de malformations de l'enfant. Cela fait suite aux révélations concernant le valporate. Les données en la matière restent limitées et d'autres études vont être nécessaires pour lever les doutes sur la dangerosité de certains produits.

En juin dernier, le médicament antiépileptique valporate était officiellement contre-indiqué en Europe pour les femmes enceintes Après avoir été prescrits pendant 50 ans, il est désormais soupçonné d'avoir été à l'origine de malformations chez des milliers de bébés.

Suite à cela, l'Agence de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a décidé de publier ce jeudi une liste des antiépileptiques pouvant également présenter des risques durant la grossesse. Mais pour nombre de médicaments, les données sont insuffisantes et des recherches doivent donc encore être menées.

Voir: Un antibiotique aux effets secondaires "potentiellement irréversibles" retiré

"Cette analyse confirme que le valproate est l’antiépileptique le plus à risque. Concernant le risque de troubles neuro-développementaux, les données restent actuellement limitées pour les antiépileptiques autres que le valproate et ne permettent pas, à ce stade, de conclusion définitive", explique l'ANSM.

L'agence a toutefois déjà pu dégager "cinq autres substances (qui) présentent à ce jour un risque de malformation élevé par rapport à la fréquence observée dans la population générale: le topiramate, le phénobarbital, la primidone, la carbamazépine et la (fos) phénytoïne. Par ailleurs, l’ANSM appelle à la vigilance sur l’utilisation de la prégabaline (Lyrica et génériques) étant donné le risque malformatif potentiel et sa prescription importante en France".

Peu de femmes ont recours à des antiépileptiques durant leur grossesse, ce qui complique les études sur les effets de ces médicaments. Afin d'affiner les données, un formulaire complémentaire de signalement de pharmacovigilance en cas d’exposition d’enfants à des antiépileptiques au cours de la grossesse a été mis en place.

Les femmes enceintes ou envisageant une grossesse et prenant un tel médicament sont invitées à consulter leur médecin pour une réévaluation de leur traitement. Mais il est fortement déconseillé d'adapter soi-même son traitement sans l'avis d'un professionnel.

Lire aussi:

Le valporate, à l'origine de malformations des bébés, interdit après 50 ans

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Plusieurs médicaments antiépileptiques sont soupçonnés de provoquer des malformations durant la grossesse.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-