Les erreurs médicamenteuses liées au conditionnement sous forme d'unidoses se multiplient

Auteur(s)
AS
Publié le 26 novembre 2014 - 15:25
Mis à jour le 27 novembre 2014 - 09:49
Image
Les erreurs d'administration des substances des dosettes unidoses se multiplient.
Crédits
©ANSM
L'ANSM alerte sur les effets secondaires engendrés par un mauvais usage de dosettes unidoses.
©ANSM
L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) alerte sur les risques d’une confusion des solutions présentées sous forme de dosettes unidoses. Leur mauvais usage peut entraîner dans certains cas de graves effets secondaires tels que des convulsions et spasmes.

Les dosettes unidoses, de petits récipients en plastique souple transparent ressemblant à des pipettes peuvent renfermer des solutions très différentes: médicaments (chlorhexidine), dispositifs médicaux (sérum physiologique), cosmétique (savon) ou biocides. Leur administration se fait donc par les yeux, la peau ou les voies nasales le plus souvent.

Leurs conditionnements se ressemblent ce qui provoque souvent des confusions. Or un mauvais usage de ces produits peut générer des effets indésirables dangereux.

L'utilisation d'une solution antiseptique en lieu et place d'une instillation oculaire ou nasale par manque de vigilance expose dans certains cas à des convulsions, des spasmes laryngés, qui peuvent amener à une hospitalisation.

Et les erreurs sont fréquentes rappelle dans un communiqué l'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé). L'Agence a enregistré en 2013 près de 2.248 signalements de cas d'effets indésirables après absorption erronée du contenant d'une dosette unidose. Et les signalements ont été multipliés par 22 depuis 2005.

L'agence sanitaire rappelle les précautions d'usage: bien lire les étiquettes, conserver les flacons dans leurs emballages, hors de portée des enfants. Elle rappelle également que les dosettes doivent être jetées après premier usage, même si elles sont encore remplies de liquide.

Les principales victimes de ses erreurs, domestiques dans 88% des cas, sont les nourrissons: 42% d'entre eux sont touchés, de même que 20% des enfants.

L'ANSM a annoncé qu'une différenciation des emballages était à l'étude. La forme du conditionnement, la couleur des flacons et de leur contenu, entre autres, pourraient changer.