Passe vaccinal et certificat de rétablissement : le grand retour de l'immunité naturelle ?

Passe vaccinal et certificat de rétablissement : le grand retour de l'immunité naturelle ?

Publié le 25/01/2022 à 10:44 - Mise à jour le 26/01/2022 à 15:54
AFP - Romain Longieras / Hans Lucas
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Le certificat de rétablissement est longtemps resté une des inconnues de l'instauration du passe vaccinal. Aujourd'hui, malgré un dysfonctionnement de l'application "TousAntiCovid Verif" hier, nous savons que la contamination ouvrira droit au sésame, comme précédemment dans le contexte du passe sanitaire. D'aucuns préfèrent même attraper le virus que de se faire (re)vacciner. Est-ce le grand retour de l'immunité naturelle ?

Le "bug" de TousAntiCovid bientôt réparé

Depuis ce lundi 24 janvier, jour de l’entrée en vigueur du nouveau sésame, plusieurs usagers ont rapporté un "bug" au moment de la validation de leur certificat de rétablissement au Covid-19 sur l’application "TousAntiCovid Verif".

Sur Twitter, ils ont signalé ce dysfonctionnement en interpellant directement le compte de l’application TousAntiCovid :

Les équipes de TousAntiCovid ont répondu à plusieurs d’entre eux en confirmant qu’il existait bien un problème avec l’application sur iOS et qu’ils travaillaient à sa résolution « dans les plus brefs délais ».

Le certificat de rétablissement reste valable pour le passe vaccinal, et dure toujours six mois

D'après le décret n° 2022-51 du 22 janvier 2022, ainsi que le site du gouvernement, les personnes guéries d'une infection Covid pourront toujours utiliser leur "certificat de rétablissement" en présentant un test PCR ou antigénique positif (en version papier ou en version numérique), comme c'était le cas avec le passe sanitaire. En revanche, ni les autotests, ni les tests sérologiques pouvant attester d'une infection passée au Covid ne sont acceptés comme preuve de rétablissement du Covid.

Comme c'était déjà le cas, pour être valide, le test PCR ou antigénique doit être positif et dater d'au moins onze jours et de moins de six mois, à compter de la date de réalisation de l'examen. Pour rappel, en Europe, seul un test PCR positif est valable comme certificat de rétablissement pour voyager, comme le souligne le site du Conseil européen.

Les doubles-vaccinés sont-ils les grands lésés ?

Le gouvernement n'ayant pas retouché cet aspect du texte de loi, et bien qu'il ait laissé entendre le contraire pendant les débats parlementaires, cela signifie qu'il considère encore l'immunité naturelle comme étant efficace. Plus efficace, même, que les multiples vaccinations ?

Ceux qui font le choix de la troisième dose bénéficieront évidemment du passe vaccinal. Mais ceux qui ont reçu deux doses, considérés pendant un temps comme "complètement vaccinés", et qui ne font pas le rappel pour telle ou telle raison, verront leur passe désactivé sept mois après leur dernière injection (ou contamination). Un délai qui sera réduit à quatre mois à partir du 15 février.

Alors qu'une partie des double-vaccinés ont déjà pu voir leur passe désactivé, les primo-vaccinés (avant le 15 février) pourront, eux, bénéficier du passe vaccinal, à condition de prendre rendez-vous pour la deuxième dose le mois suivant et de présenter des tests négatifs en attendant.

Enfin, et c'est là la grande surprise, les non-vaccinés qui ont été contaminés bénéficieront, eux aussi, d'un passe vaccinal valide pendant six mois.

Tout cela couplé à la récente vague de contamination d'Omicron, plus contagieux mais moins dangereux, ne manque pas de faire réagir les internautes. LCI s'intéressait dans son reportage "Les indispensables", à ceux qui préfèrent aujourd'hui attraper le virus que se faire vacciner.

Finalement, comme c'est souvent expliqué par les manifestants opposés au passe, les non-vaccinés ne sont plus les seuls réfractaires. Olivier Véran annonçait ce matin, toujours sur LCI, que « neuf millions de Français n'ont pas encore reçu une troisième dose ».

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




TousAntiCovid a remplacé StopCovid depuis le 22 octobre 2020 en France.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-