Rhume, angine, rhino-pharyngite : peut-on vraiment « attraper froid » ?

Rhume, angine, rhino-pharyngite : peut-on vraiment « attraper froid » ?

Publié le 27/10/2021 à 17:00
Kelly Sikkema/Unsplash
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Alors que les conditions automnales s’installent sur l’hexagone, risquez-vous vraiment « d’attraper froid » quand le thermomètre affiche des températures inférieures à 10 °C ?

Le froid ne s’attrape pas

Angine, gastro-entérite, rhume, rhino-pharyngite, grippe… Cela ne vous aura sans doute pas échappé, mais depuis que l’automne est arrivé, nous assistons à une recrudescence de ces virus saisonniers. Comme si ces derniers attendaient patiemment le retour des températures plus fraîches pour nous contaminer.

Mais, est-ce vraiment le cas ? Le froid peut-il vraiment nous faire tomber malade ?

Des températures fraîches qui profitent aux agents pathogènes

Eh bien, non ! Contrairement à ce que suggère l’expression « attraper froid », les températures négatives ne sont pas directement responsables de nos maux d’hiver. Même si d’octobre à mars, notre corps est soumis au froid, ce dernier ne s’attrape pas. Il ne s’agit ni d’une maladie, ni d’un virus ou d’une bactérie. Impossible, donc, qu’il ait le pouvoir de nous clouer au lit plusieurs jours avec de la fièvre. Certains le considèrent même que de s'exposer au froid permettrait de se renforcer, suivant le principe naturel de l'homéostasie.

Ce qui est vrai, en revanche, c’est que la plupart des maladies hivernales sont dues à des virus (notamment des rhinovirus) qui profitent du froid pour se développer. Ainsi, une étude américaine datant de 2016 a montré que le virus responsable de la grippe survivait plus longtemps à une température de 5 °C qu’à 20 °C, en particulier lorsque l’air est humide.

Les bactéries, elles aussi responsables de maladies hivernales comme les otites ou certaines angines, sont aussi plus enclines à proliférer quand les températures sont fraîches.

L’importance des gestes barrières

Autre raison pour laquelle nous sommes davantage malades quand il fait froid : la promiscuité. Alors qu’au printemps et en été, nous profitons des températures douces à l’extérieur, nous avons tendance lorsque l’air se rafraîchit à rester à l’intérieur, dans des lieux souvent mal ventilés. Il suffit alors qu’une personne tousse ou éternue pour que le virus parte en croisière.

De l'intérêt des dénommés "gestes barrières", simples réflexes de bon sens : éternuer dans son coude, utiliser des mouchoirs à usage unique, se laver les mains, éviter les contacts trop proches quand on est malade, etc.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Je vais t'attraper !"

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-