Les smartphones sont devenus l'équivalent de notre "domicile" selon des anthropologues

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 12 mai 2021 - 17:39
Image
Personne âgée
Crédits
Unsplash / Adam Niescioruk
De l'Irlande au Cameroun, le constat est le même: les gens ressentent la même chose à propos de leurs appareils que de leur maison
Unsplash / Adam Niescioruk

Quand on en arrive à dire à sa mamie qu’on va la “tagger” sur Instagram, il est clair que l’utilisation du smartphone et des plateformes numériques est désormais omniprésente dans la société actuelle. Des anthropologues de l'University College de Londres ont étudié l’usage qui est fait de l’outil numérique ultime, le smartphone. Ils révèlent dans une étude qu’aujourd’hui, les utilisateurs de smartphone ont développé un tel attachement à cet appareil qu’il est devenu l’équivalent de leur “domicile”, qu’ils transportent partout dans leur poche.

Le smartphone a remplacé la “maison” dans le rôle de protection des menaces du monde extérieur

Lorsqu’une personne utilise son smartphone, où qu’elle soit, elle se sent immédiatement “chez soi”. À tout moment, que ce soit au cours d'un repas, d'une réunion ou d'une autre activité partagée, le smartphone est là, dans la poche, sur la table. Le professeur Daniel Miller, qui a dirigé l’étude, explique que le téléphone convertit son utilisateur en un “escargot humain”, qui porte sa “maison” dans sa poche, avec une tendance à ignorer les amis et la famille autour, au profit de son appareil.

Cette omniprésence du smartphone met à mal le rôle de refuge habituellement tenu par la maison, le domicile. Aujourd’hui par exemple, un enfant victime d’intimidation par d’autres élèves à l’école, ne va pas trouver de répit en rentrant chez lui. Une situation similaire se produit chez les salariés, avec l’impossibilité de se déconnecter du travail, même à la maison.

Une constante mondiale : on chérit autant notre smartphone que notre maison, et cela nous éloigne des gens et de l’environnement

De l'Irlande au Cameroun, le constat est le même : les gens ressentent la même chose à propos de leurs appareils que de leur maison. Cette promiscuité avec les téléphones portables signifierait selon les chercheurs, “la mort de la proximité”. Même lorsque nous sommes physiquement ensemble, nous pouvons être seuls socialement, émotionnellement ou professionnellement.

Le smartphone devrait aussi nous permettre des “comportements utiles”

Comme le souligne The Guardian, l’utilisation du smartphone ne devrait pas être completement négative. Elle peut aider à rester en contact avec des proches qui habitent loin et peut permettre de créer des nouveaux espaces pour les soins de santé et le débat politique.