Mars, ISS, Vénus: avec Google Maps, il est désormais possible de se balader dans l'espace

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Mars, ISS, Vénus: avec Google Maps, il est désormais possible de se balader dans l'espace

Publié le 18/10/2017 à 20:48 - Mise à jour à 20:54
©Capture d'écran Google Maps
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Google vient de lancer une nouvelle fonctionnalité permettant aux internautes d'explorer notre système solaire en seulement quelques clics. Ils peuvent d'ores et déjà aller à la rencontre de nombreux objets célestes parmi lesquels on retrouve la Lune, Pluton, Mars, Mercure ou encore l'ISS.

L'exploration de l'espace est désormais à la portée de tous. En effet, après avoir donné la possibilité aux internautes d'explorer les rues de n'importe quelle ville grâce à son service de cartographie, Google a lancé une nouvelle fonctionnalité qui leur permette désormais de faire un tour dans notre système solaire, le tout en seulement quelques clics.

Pour cela, il suffit simplement de se rendre sur Google Maps, de cliquer sur "satellite" et de "dézoomer" au maximum avec la molette de sa souris. Puis, sur le côté gauche, l'internaute verra apparaître de nombreux objets célestes parmi lesquels ils retrouveront la Lune, Pluton, Mars, Mercure ou encore la Station spatiale internationale où Thomas Pesquet est resté plus d'une centaine de jours.

Et pour permettre de mener à bien ce projet, la firme de Mountain View a fait appel à Björn Jónsson, un artiste spécialisé dans les représentations en infographie 3D de l’espace. Elle a également utilisé des photos de la Nasa et de l'ESA (l'Agence spatiale européenne) et notamment celles prises par la sonde Cassini. Cette dernière, dont la mission a pris fin le mois dernier, avait été lancée en 1997 pour explorer Saturne.

Cette nouvelle fonctionnalité risque donc de ravir les fans d'astronomie. En revanche, comme l'a fait remarquer l'écrivaine scientifique, Emily Lakdawalla, il y aurait quelques soucis de positionnement des planètes. Membre de la "Planetary Society américaine", elle a expliqué sur Twitter qu'elle était actuellement en contact avec Google et que ces erreurs de calculs concernaient Ganymede, Mimas, Enceladus, Dione, Rhea, Iapetus, Europa, et Titan.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les internautes peuvent découvrir jusqu'à 16 corps célestes.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-