Meta : un univers parallèle en réalité virtuelle, véritable trou noir de données personnelles

Meta : un univers parallèle en réalité virtuelle, véritable trou noir de données personnelles

Publié le 21/01/2022 à 15:15
Unsplash
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Alors que les marques préparent déjà leur présence dans le "métavers", qui promet d'être la prochaine plateforme numérique mondiale, Meta (anciennement Facebook), travaille sur des nouvelles technologies qui permettront de rentabiliser cet univers virtuel. Ce 18 janvier, le journal britannique The Financial Times (FT) a déniché l’une de ces innovations très particulières : le placement de capteurs à l'intérieur des casques de réalité virtuelle, visant à analyser les expressions faciales des utilisateurs.

Lire aussi : Meta : un Facebook 2.0 pour créer un univers virtuel parallèle digne de la science-fiction

Des casques de réalité virtuelle pour collecter des données biométriques

En scrutant tous les brevets déposés par la société américaine, l’attention du FT a été attirée par ceux concernant la collecte de données biométriques à l’aide des casques de réalité virtuelle. Cette technologie donne un indice sur la manière dont Facebook pourrait rentabiliser le "métavers", en permettant aux marques de cibler les personnes à partir de leurs émotions, qui seraient identifiées grâce à leurs expressions faciales. Cela poserait, évidemment, des risques pour la préservation de la vie privée et des données personnelles des utilisateurs. Pour compléter ces données avec des informations que pourrait transmettre l'activité du corps, un système de « capteur magnétique portable », placé autour du torse de l’utilisateur, permettrait à Meta d’analyser et de comprendre tous les mouvements corporels.

Le suivi du regard pour analyser l’attention et les centres d’intérêt

Selon les brevets analysés par le FT, une autre technologie que Meta pourrait utiliser est celle du suivi oculaire, également réalisé grâce aux casques de réalité virtuelle. Cette technologie est amplement utilisée par les professionnels du marketing pour analyser ce qui attire l'attention du consommateur dans les publicités visuelles. Selon le Financial Times, il serait facile pour Meta/Facebook de prétendre utiliser cet “eye tracking” uniquement pour améliorer l'expérience utilisateur, notamment en augmentant la luminosité pour certains graphiques qui passent plus inaperçus.

Les expressions beaucoup plus révélatrices que les avatars

Les utilisateurs du "métavers" participent grâce à des avatars, qui ne seront pas toujours une représentation fidèle d’eux-mêmes, mais une version idéalisée, ce qui empêcherait les marques de bien cibler les clients. Les expressions faciales, au contraire, peuvent révéler les moindres sentiments et envies des utilisateurs. Meta a tout de même tout organisé pour que les utilisateurs créent des avatars les plus fidèles possibles, grâce à une technologie brevetée capable de créer des avatars en 3D à partir des photos d’un utilisateur.

Des publicités plus personnalisées en réalité augmentée

Dans ce nouvel écosystème virtuel de socialisation et de consommation, les publicités seront donc non seulement basées sur l’âge, le sexe, les intérêts, les commentaires ou goûts des utilisateurs, mais aussi sur leurs mouvements corporels, expressions, regards, contractions des muscles du visage ! Toutes ces informations pourront être collectées et analysées en temps réel pour mieux cibler et vendre des objets et services dans le "métavers".

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Meta pourrait collecter des données biométriques à l’aide des casques de réalité virtuelle.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-