Le Venezuela fait face à une pénurie de jambon, incontournable dans le pays pour les fêtes

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Le Venezuela fait face à une pénurie de jambon, incontournable dans le pays pour les fêtes

Publié le 30/12/2017 à 13:03 - Mise à jour à 13:04
© FEDERICO PARRA / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

"On veut notre jambon de porc!": incontournable des repas de fin d'année au Venezuela, ce plat fait cruellement défaut à quelques jours du réveillon, au point de jeter dans les rues les habitants, excédés par la pénurie d'aliments.

"Il n'est pas arrivé pour Noël et ne sera pas là pour le nouvel An", se plaint Miriam Brito lors d'une manifestation à Caracas pour réclamer le traditionnel "pernil de cerdo". Le gouvernement de Nicolas Maduro avait pourtant promis qu'il figurerait parmi les aliments vendus à prix subventionnés.

Ces petites mobilisations se sont multipliées ces derniers jours dans les quartiers populaires de la capitale et ailleurs dans ce pays en plein marasme économique.

"Voilà quatre mois que nous n'avons pas reçu les caisses des Clap (comités citoyens qui distribuent des aliments subventionnés, ndlr) et on nous a menti avec le jambon", poursuit cette femme de 40 ans, mère d'une fille de 7 ans.

Autour d'elle, une centaine d'habitants bloquent une avenue à l'aide de cordes, de pneus et de débris, tapent sur des casseroles.

Salaire et bon alimentaire réunis, le revenu minimum des Vénézuéliens est de 450.000 bolivars environ, soit 135 dollars au taux officiel - dans des bureaux de change où les billets verts sont quasiment introuvables -, et 4,5 dollars au marché noir, considéré comme le taux de référence.

C'est ce que coûte dans la rue, à des prix non subventionnés, un kilo et demi de porc. Un tarif prohibitif pour Miriam, caissière dont le salaire dépasse à peine le minimum légal. De leur côté, les Clap vendent le kilo de viande 30 fois moins cher... quand il y en a.

Au-delà de la pénurie qui frappe ce plat des fêtes - un jambon à l'os rôti qui se mange en tranches -, les manifestants se plaignent également des coupures d'eau et d'électricité, fréquentes au Venezuela qui dispose pourtant des plus grandes réserves de pétrole au monde.

Le président Maduro a reconnu des accrocs dans la distribution des fameux jambons mais il a mis cela sur le compte d'un boycott international lié selon lui aux sévères sanctions financières infligées par Washington et à un "sabotage" du Portugal, d'où proviennent les importations de cette viande.

"Où est passé le jambon? On nous a saboté. C'est la faute d'un pays: le Portugal (...) On a acheté tout le jambon disponible au Venezuela, absolument tout, et on devait en importer (...), mais on nous a bloqué nos comptes bancaires et deux bateaux qui se dirigeaient" vers le Venezuela, a déclaré dans les médias le dirigeant à propos de cette affaire d'Etat.

Lisbonne a réfuté ces accusations. "Le gouvernement portugais n'a certainement pas le pouvoir de saboter le jambon de porc", a rétorqué le ministre des Affaires étrangères, Augusto Santos Silva. "Nous vivons dans une économie de marché et les exportations sont du ressort des entreprises. Il n'y a évidemment pas eu d'interférence politique", a-t-il souligné.

Raporal, un des exportateurs portugais de ce jambon à l'os, a indiqué que le Venezuela devait quelque 40 millions d'euros aux fournisseurs lusitaniens, dans le cadre d'un contrat d'un montant total de 63,5 M EUR signé en 2016.

A Caracas, Jesus Castellanos, cordonnier de 64 ans, manifeste aussi. Nicolas Maduro "a promis à la télévision qu'il allait faire venir les jambons et maintenant il nous sort la fable du Portugal (...) Les gens ne croient plus à ces histoires, le peuple ne peut pas vivre de mensonges!", lance-t-il.

Dans ce quartier du centre-ville, le même que Miriam, quelques jambons sont bien arrivés. Mais ils étaient insuffisants pour les 300 familles qui les attendaient avec impatience. Les morceaux de viande ont donc été tirés au sort. "On se moque de nous", déplore Miriam. Cette manifestation a été dispersée au prix de quelques bousculades par les policiers anti-émeutes.

Ultime épisode de cette histoire rocambolesque: 15 tonnes de rôti seraient bien en chemin vers le Venezuela, mais la marchandise reste actuellement bloquée à la frontière colombienne, a affirmé Freddy Bernal, chargé de diriger les Clap.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


"On veut notre jambon de porc!": incontournable des repas de fin d'année au Venezuela, ce plat fait cruellement défaut à quelques jours du réveillon, au point de jeter dans les rues les habitants, excédés par la pénurie d'aliments.

Newsletter


Fil d'actualités Tendances éco




Commentaires

-