Egypte: annulation d'une décision interdisant Uber et Careem

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Egypte: annulation d'une décision interdisant Uber et Careem

Publié le 23/02/2019 à 16:08 - Mise à jour à 16:10
© KHALED DESOUKI / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Le Caire
-A +A

La Haute cour administrative égyptienne a annulé samedi la décision d'un tribunal qui interdisait les services de VTC (voitures de transport avec chauffeur), comme ceux d'Uber et son concurrent émirati Careem, selon une source judiciaire.

En mars 2018, un tribunal administratif du Caire s'est prononcé pour l'arrêt des services de VTC, considérés par les chauffeurs de taxi comme une concurrence déloyale.

Ce jugement a ensuite été suspendu en appel le mois suivant avant d'être annulé samedi par la Haute cour administrative, a indiqué une source judiciaire à l'AFP.

La décision de la Haute cour administrative fait suite à la promulgation en juin 2018 par le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi d'une loi de régulation de l'activité des VTC.

Cette loi, de facto, légalisait l'existence des VTC. La décision de samedi, émanant de la plus haute juridiction administrative, tranche définitivement ce litige en faveur des VTC.

En pratique, l'activité d'Uber et Careem, n'avait jamais été interrompue.

Les chauffeurs de taxi ont longtemps dénoncé le fait que les conducteurs de VTC, contrairement à eux, n'avaient pas à payer de droits pour l'utilisation de leurs véhicules de transport.

Or, en vertu de la loi promulguée par le président égyptien, chaque chauffeur doit s'acquitter d'un permis d'exploitation et d'une carte spéciale pour une valeur totale de 3.000 livres (environ 150 euros) maximum par an.

Nombreux chauffeurs de VTC, dont beaucoup cumulent plusieurs emplois, ont confié à l'AFP redouter ces nouveaux frais.

Uber et Careem considèrent l'Egypte, où les taxis ont très mauvaise réputation, comme un marché majeur, en particulier sa capitale Le Caire et ses plus de 20 millions d'habitants.

Uber assure compter environ quatre millions d'utilisateurs en Egtypte. L'entreprise a annoncé en 2018 vouloir investir quelque 100 millions de dollars (88,3 millions d'euros) sur cinq ans dans le pays.

De son côté, Careem a affirmé avoir investi en Egypte 30 millions de dollars (26,5 millions d'euros) au total.

Auteur(s): Par AFP - Le Caire

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Des chauffeurs travaillant pour Uber discutent avec des employés de la société à son quartier général, le 17 avril 2018 au Caire

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-