Besnehard et (un peu) Elkabbach veulent "gifler" Caroline de Haas (vidéo)

Besnehard et (un peu) Elkabbach veulent "gifler" Caroline de Haas (vidéo)

Publié le 02/03/2018 à 17:54 - Mise à jour à 17:58
©Festival du film britannique de Dinard/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Dominique Besnehard a déclaré ce vendredi sur CNews, face à Jean-Pierre Elkabbach, qu'il avait "envie de gifler" Caroline de Haas. La militante féministe est au cœur d'une polémique depuis qu'elle a expliqué dans "L'Obs" "qu'un homme sur deux ou sur trois est un agresseur".

Dominique Besnehard a répondu ce vendredi 2 mars à la polémique lancée par Caroline de Haas avec une autre polémique. La militante féministe, co-fondatrice du mouvement Osez le féminisme, avait déclaré dans une interview accordée à L'Obs mi-février "qu'un homme sur deux ou sur trois (était) un agresseur".

Propos qu'elle a par ailleurs rectifié sur Twitter, assurant ne pas avoir tourné sa phrase comme cela: "Si une femme sur deux est victime, combien d'agresseurs nous entourent? Est-ce un homme sur deux? Un homme sur trois? Je n'en sais rien. Je sais juste que c'est beaucoup", a-t-elle expliqué avoir réellement dit.

Voir aussi: Caroline De Haas quitte les réseaux sociaux après "une vague de haine"

Mais le producteur de cinéma Dominique Besnehard ne semble pas avoir pris en compte cette mise au point. Ce vendredi, alors qu'il était lui-même interviewé par Jean-Pierre Elkabbach sur CNews, il a déclaré avoir "envie de la gifler".

"Alors que je suis féministe, que j'ai un rapport avec les femmes extraordinaire... Quand je vois certaines journalistes qui disent +un homme sur trois est un prédateur+... Caroline De Haas là, j'ai envie de la gifler", a-t-il ainsi lâché.

Elkabbach, loin de tempérer ces propos, a presque approuvé. "Il n'est pas impossible que vous ne soyez pas le seul. Un jour où l'autre, il faudra qu'elle s'explique", a répliqué le journaliste.

Les "punchline" d'Elkabbach et Besnehard ont vite fait le tour des réseaux sociaux et les internautes ont crié au scandale.

Caroline de Haas, qui a fermé son compte Twitter mardi 27 après plusieurs jours à recevoir des menaces de mort envers elle et même ses enfants, a confié à L'Express qu'elle comptait porter plainte.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le producteur Dominique Besnehard a déclaré ce vendredi qu'il voulait "gifler" la militante féministe Caroline de Haas.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-