Une jeune femme de 20 ans prend des selfies avec ses harceleurs de rue pendant un mois (photos)

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Une jeune femme de 20 ans prend des selfies avec ses harceleurs de rue pendant un mois (photos)

Publié le 04/10/2017 à 14:34 - Mise à jour à 14:45
©Capture d'écran Instagram
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

En septembre, Noa Jansma, une jeune femme de 20 ans originaire des Pays-Bas, s'est photographiée dans la rue avec les hommes qui lui faisaient des remarques à caractère sexuel. Ceux qu'elle appelle les "cat callers", autrement dit des harceleurs de rue.

"When I'm with you all I get is wild thoughts". Ce refrain de Rihanna, qui signifie littéralement en français "quand je suis avec toi je n'ai que des pensées salaces", Noa Jansma l'a entendu bien trop souvent dans la rue. Et il ne provenait pas d'une radio… mais de la bouche des harceleurs de rue qu'elle peut croiser quotidiennement.

La jeune étudiante de 20 ans, originaire de Pays-Bas, a décidé d'agir contre ce fléau du harcèlement sexuel que subissent 75% des femmes en publiant plusieurs photos assez spéciales tout le mois de septembre 2017 sur un compte Instagram intitulé "Dear Cat Callers" ("Chers harceleurs de rue" en français).

Elle a en effet décidé de prendre un selfie avec les hommes qui lui faisaient des commentaires à caractère sexuel, sur sa tenue vestimentaire notamment, ou se permettaient carrément de la toucher. "Je sais ce que j'aimerais faire avec toi", "Hmmmm tu veux un baiser", "Hé sexy, tu veux monter dans ma voiture?", "Salut beauté, tu vas où toute seule comme ça?"… pour ne citer que quelques exemples de ce que la jeune femme a pu entendre durant cette expérience.

 

#dearcatcallers "hmmmm you wanna kiss?"

Une publication partagée par dearcatcallers (@dearcatcallers) le

14 Sept. 2017 à 8h32 PDT

Son objectif était, comme elle l'a expliqué dans son message de clôture, de "montrer que le harcèlement de rue est un fléau mondial" et non d'attirer la lumière sur sa personne.

En un mois, Noa Jansma a convaincu plus de 26.000 personnes à la suivre. Elle a insisté auprès de ses abonnées pour que ces dernières continuent de partager et de parler de leur propre expérience vis-à-vis du harcèlement de rue.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Noa Jansma a lancé le hashtag #dearcatcallers il y a un mois, et a incité ses abonné(e)s à afficher aussi leurs harceleurs de rue sur les réseaux sociaux.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-