Levothyrox: Anny Duperey furieuse contre Elise Lucet et son équipe, un reportage "à pleurer"

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 08 octobre 2017 - 19:26
Image
L'actrice Anny Duperey.
Crédits
©Capture d'écran YouTube
Anny Duperey a poussé un coup de gueule contre Elise Lucet.
©Capture d'écran YouTube
Atteinte de problèmes de la thyroïde depuis plusieurs années, Anny Duperey a accepté de participer au reportage d'Elise Lucet et de son équipe sur le Levothyrox. Mais suite à sa diffusion jeudi soir sur France 2, la comédienne a poussé un coup de gueule contre Elise Lucet, déplorant la façon dont "Envoyé spécial" avait traité le sujet.

Elle est en colère et le fait savoir. Malade depuis une douzaine d'années, Anny Duperey a accepté de participer au reportage d'Elise Lucet et de son équipe sur le Levothyrox, un médicament contre les problèmes de thyroïde. A cette occasion, l'actrice a pris publiquement position contre la nouvelle formule de ce traitement, à l'origine de nombreux effets secondaires.

Mais l'enquête de la journaliste, diffusée jeudi 5 au soir sur France 2 lors du dernier numéro d'Envoyé spécial, ne semble visiblement pas lui avoir plu. En effet, la comédienne a adressé une lettre ouverte, postée également sur Facebook, à l’animatrice de l’émission. "Depuis la diffusion de votre reportage sur l’affaire du Levothyrox, j’essaie de me calmer. 5 h du matin, c’est pire: je suis outrée! Je regrette profondément de vous avoir appelée, et d’y avoir participé", a-t-elle écrit.

Et d'ajouter: "Ce n’est pas un reportage pour un mieux, un éclaircissement, le résultat est un pire : tous ces gens en détresse, en profond mal-être, qui ont participé de confiance en vous apportant leur témoignage, vont se sentir encore un peu plus trahis. Durant les trois quarts de l’émission, vous chantez de concert avec la version officielle: tout cela est un problème de communication, de non-accompagnement du changement, de transition mal préparée. Un problème de bureaucratie en somme".

Pour elle, seule une question est importante: "qu'est-ce qu'il y a dans cette nouvelle formule ou quelle réaction chimique étrange entre ses composants fait qu'elle rend les gens absolument malades?", s'est-elle interrogée avant de conclure: "Et cela se termine par une intervention bien policée et doucereuse de notre ministre Agnès Buzyn… à pleurer".  Pour le moment, Elise Lucet n'a pas encore réagi.

Pour rappel, la nouvelle formule du Levothyrox a fait souffrir des milliers de patients en raison de ses multiples effets secondaires (crampes, maux de tête, vertiges, baisse de libido, os douloureux, etc.). Mais suite aux nombreux signalements faits à l'Agence nationale de sécurité du médicament, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a annoncé un retour en pharmacie de l'ancienne version de ce traitement contre la thyroïde. Il est commercialisé sous le nom de l'Euthyrox.

Importée d'Allemagne, ce dernier est déjà en rupture de stock sur le territoire. Selon l'Agence, les médecins ne doivent prescrire l'Euthyrox qu'en "dernier recours", aux patients qui se plaignent d'effets secondaires liés au nouveau Levothyrox.

À LIRE AUSSI

Image
France-Soir
Lévothyrox ancienne formule: près de la moitié des boîtes vendues
Près de la moitié des 130.000 boîtes de l'ancienne formule du Lévothyrox, disponible depuis lundi, a été vendue en deux jours, a indiqué mercredi l'Agence du médicamen...
04 octobre 2017 - 22:12
Image
France-Soir
L'ancienne formule du Levothyrox de retour dans les pharmacies, à petits pas
Après les nombreuses plaintes provoquées par les effets secondaires de sa nouvelle formule, l'ancien Levothyrox a fait son retour lundi dans les pharmacies, mais le no...
02 octobre 2017 - 15:09
Image
France-Soir
Précisions sur les conditions de délivrance de l'ancienne formule du Levothyrox
L'ancienne formule du Levothyrox, un médicament pour la thyroïde dont la nouvelle formule fait l'objet de plaintes de patients pour des effets secondaires, sera dispon...
01 octobre 2017 - 00:34

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.