Octobre 1963, la foule aux obsèques d'Edith Piaf (VIDEO)

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Octobre 1963, la foule aux obsèques d'Edith Piaf (VIDEO)

Publié le 24/09/2015 à 21:53 - Mise à jour le 11/10/2019 à 16:03
©DR
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Jean-Michel Comte
-A +A

Le 10 octobre 1963 disparaissait Edith Piaf, usée par la maladie et les excès, à l'âge de 47 ans. Sa mort provoqua une grande émotion dans l'opinion publique, et 40.000 Parisiens assistèrent à ses obsèques au cimetière du Père-Lachaise.

"Il y eut de grandes bousculades à travers les tombes: tous voulaient rendre un dernier hommage à la chanteuse". Dans ce sous-titre de première page, l'édition de France-Soir du mardi 15 octobre 1963 prolonge sa manchette principale: "40.000 Parisiens pour Piaf au Père-Lachaise".

Les obsèques d'Edith Piaf figurent parmi les plus mémorables du XXe siècle. Les rues de Paris furent barrées par la police et la foule maintenue derrière des barrières sur le parcours du convoi funéraire, entre le domicile de la chanteuse et le cimetière du Père-Lachaise.

La foule resta contenue et silencieuse, jusqu'au moment où elle brisa les barrages, en fin de cérémonie, pour défiler devant la tombe. Là, des bousculades eurent lieu, après le départ des proches d'Edith Piaf présents aux obsèques: son jeune mari Théo Sarapo, son premier mari le chanteur Jacques Pills, Marlène Dietrich, Gilbert Bécaud, Bruno Coquatrix, Tino Rossi entre autres.

Edit Piaf, usée par une vie d'excès en tous genres (alcool, drogue, morphine) et par la maladie (polyarthrite rhumatoïde), avait vu sa santé se dégrader sérieusement dans les derniers mois de sa vie. Elle est morte à 47 ans d'une hémorragie interne due à une insuffisance rénale, le jeudi 10 octobre, à Grasse (Alpes-Maritimes), un an presque jour pour jour après avoir épousé Théo Sarapo, un jeune chanteur d'origine grecque, de 20 ans son cadet.

Son corps a été transporté clandestinement à Paris, dans la nuit du 10 au 11, dans son appartement du boulevard Lannes à Paris, où son décès a été constaté officiellement le 11 octobre. Funeste coïncidence, c'est quelques heures plus tard, ce même vendredi 11 octobre 1963, qu'est mort un de ses grands amis, Jean Cocteau, à l'âge de 74 ans.

Edith Piaf fut privée d'obsèques religieuses, l'Eglise catholique ne les ayant pas autorisées en raison de la vie privée de la chanteuse, divorcée et ayant eu, de notoriété publique, de nombreux amants hors mariage. Le plus célèbre -l'amour de sa vie- fut le boxeur Marcel Cerdan, pour qui elle écrivit L'hymne à l'amour après sa mort dans un accident d'avion en 1949.

Jusqu'aux dernières années, avant d'être terrassée par la maladie, Edith Piaf était montée sur scène. En 1961, l'interprète de La vie en rose avait accepté de faire plusieurs concerts à l'Olympia, la salle mythique de Bruno Coquatrix en proie à de sérieuses difficultés financières. A cette occasion elle avait chanté une de ses nouvelles chansons, au titre résonnant comme un symbole de sa carrière finissante: Non, je ne regrette rien.

Et en 1962, quelques mois avant sa mort, elle avait interprété une de ses dernières chansons, A quoi ça sert l'amour?, en duo avec Théo Sarapo, dans laquelle elle chante notamment: "Mais toi t'es le dernier/ Mais toi t'es le premier/ Avant toi y'avait rien/ Avec toi je suis bien".

(Voir ci-dessous les obsèques d'Edith Piaf dans les archives de l'INA):

Auteur(s): Jean-Michel Comte

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La Une du 15 octobre 1963.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-