Cantat: une amie de Marie Trintignant prend la parole après 15 ans de silence

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Cantat: une amie de Marie Trintignant prend la parole après 15 ans de silence

Publié le 21/03/2018 à 14:53 - Mise à jour à 15:05
©Pierre Verdy/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

L'actrice Christine Citti, amie de Marie Trintignant, s'est adressée directement à Bertrand Cantat après 15 années de silence. Dans une lettre ouverte publiée lundi sur le site du Huffington Post, elle lui a reproché de ne pas montrer "sa honte".

Depuis plusieurs semaines, le retour sur scène de Bertrand Cantat fait couler beaucoup d'encre et fait surtout grincer des dents. Quinze ans après la mort de Marie Trintignant pour laquelle il a été condamné, l'ancien leader de Noir Désir s'est lancé début mars dans une tournée solo, s'attirant les foudres de nombreux Français: de Samuel Benchetrit à Nadine Trintignant, plusieurs proches de l'actrice se sont indignés de le voir à nouveau dans la lumière.

Après plusieurs années de silence, Christine Citti, amie de Marie Trintignant, a elle aussi réagi en prenant la parole dans une lettre ouverte directement adressée au chanteur et publiée sur le Huffington Post. "Bertrand, je me suis tue 15 ans. Je ne peux plus. En tuant une de mes amies les plus chères, tu as percé un trou sans fond dans mon cœur et dans celui de beaucoup d'autres. Et aujourd'hui tu salis l'idée que je me fais d'être un artiste", a-t-elle commencé par dire tentant de lui faire comprendre qu'il avait des droits comme celui de la réinsertion mais également des devoirs.

"Je ne peux imaginer que tu ne te sois jamais posé la question du rôle de l'artiste, de sa responsabilité quant à ce qu'il transmet, partage", a-t-elle ajouté laissant entendre qu'il devrait "montrer à ceux qui commettent CHAQUE jour des actes de violence physique et psychique sur les femmes qu'il n'y a rien de beau, de fort, de romantique à de tels actes".

Lire aussi - Cantat: le juge à l'origine de sa libération dénonce "la dictature de l'émotion"

Dans cette lettre particulièrement poignante, Christine Citti s'est interrogée sur son devoir moral d'artiste, affirmant qu'il serait peut-être judicieux "de leur montrer (sa) honte d'avoir donné les coups qui ont entraîné la mort de Marie" mais aussi "de dire que l'amour ce n'est pas surveiller, contrôler, maltraiter, brutaliser, écraser l'être aimé".

"Ta main qui joue de la guitare, qui tient le micro, c'est la main qui a frappé à de multiples reprises, qui a tué. En te produisant sur scène, tu te poses en icône romantique et rock. Et tu ne peux plus être cette icône", a-t-elle conclu lui rappelant qu'il avait le droit d'exercer son métier, d'écrire, de composer, d'enseigner. Mais en revanche, qu'il ne pouvait plus être "un héros dans la lumière".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Une amie de Marie Trintignant s'est directement adressée à Bertrand Cantat dans une lettre ouverte.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-