Il se coince un coton-tige dans le crâne et développe une infection grave

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 17 mars 2019 - 18:33
Image
Un coton-tige.
Crédits
©Capture d'écran YouTube
L'homme s'était enfoncé un coton-tige ans l'oreille depuis plusieurs années.
©Capture d'écran YouTube

Au Royaume-Uni, un homme a été opéré d'urgence après avoir développé une grave infection avec le développement d'abscès dans la boître crânienne. La patient avait coincé un coton-tige dans son oreille depuis au moins cinq ans.

Il avait mal à la tête, se mettait à vomir et souffrait visiblement de lésions cérébrales sérieuses en commençant à perdre la mémoire.  Un homme de 31 ans a frôlé la mort, comme le rapporte la presse britannique (voir ici) après avoir souffert d'une infection provoqué par un de coton-tige fiché dans son crâne. Le bâtonnet en question était là depuis… au moins cinq ans.

Les faits se déroulent dans la région de Coventry, au centre de l'Angleterre. L'homme souffre de ces symptômes spectaculaires et part en urgence à l'hôpital. Là, les médecins pensent qu'il est atteint d'une infection grave de l'oreille. Explorant donc la cavité de l'homme, ils vont donc faire la surprenante découverte: un coton-tige.

Le patient leur expliquera qu'effectivement il souffrait d'une perte de l'audition depuis cinq ans, même si les raisons pour lesquels le coton-tige se trouvait là, ou pourquoi le patient ne s'est pas inquiété de son état demeurent peu claires.

Lire aussi: Habitué à sentir ses chaussettes sales, il développe une infection des poumons

Le corps étranger avait fini par provoquer une grave infection et des abcès dans la boîte crânienne. Mais le patient a pu être soigné et traité par antibiotique pour vaincre l'infection. Il a tout de même mis 10 semaines à se remettre de cet incident. Les médecins précise que depuis, l'homme a renoncé à se servir d'un coton-tige pour se laver les oreilles. Sage décision probablement…

Voir aussi:

Les infections sexuellement transmissibles en forte hausse en France

Infections nosocomiales: le danger au bout du bistouri

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don