Accusé de viols, Georges Tron "balance" sur ses victimes présumées

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 10 décembre 2017
Mis à jour le 10 décembre 2017
Image
Georges Tron, le maire de Draveil.
Crédits
©Witt/Sipa
Georges Tron a prévenu qu'il "balancerait" sur ses victimes lors de son procès pour viols et agressions sexuelles.
©Witt/Sipa
Le maire de Draveil et ancien député de l'Essonne Georges Tron sera jugé à partir de mardi pour viols et agressions sexuelles. Dans un entretien au "JDD" paru ce dimanche, il dénonce une machination de la part de femmes cherchant à se venger de lui.

Les viols et agressions sexuelles dont Georges Tron est accusé seraient bien antérieurs (entre 2007 et 2010) à l’éclatement de l’affaire Weinstein et à la libération de la parole qui s’en est suivie. Mais c’est bien dans ce contexte que l'ancien député et secrétaire d'Etat à la Fonction publique sera jugé à partir de mardi 12 par les assises de Seine-Saint-Denis.

Celui qui invoque de simples massages de pieds et des séances de réflexologie comme tout contact physique compte bien choisir l’offensive comme stratégie. "Jusqu'à présent, j'ai été pudique mais au cours de ce procès, je vais sortir de ma réserve et balancer moi aussi", a-t-il prévenu dans une inteview accordée au JDD et publiée ce dimanche 10.

Sur le même sujet: Harcèlement sexuel: en politique aussi, la parole se libère

Dans cet entretien, il présente ses deux accusatrices -anciennes collaboratrices du maire de Draveil (Essonne)- comme des femmes qui se vengeraient après avoir été licenciées, non sans raison.

"J'ai viré madame (Eva) Loubrieux pour détournement de fonds publics, plus de 5.000 euros, en vin notamment", avance-t-il. Quand à son autre accusatrice Virgine Faux, il lui reproche diverses fautes, de l’alcoolisation en soirée qui l’aurait conduite selon Georges Tron à "saisir les parties génitales d’un de mes adjoints", ou de s’être inventé un cancer qui n’a jamais existé pour justifier ses absences.

C’est pour cela qu’il n’aurait pas renouveler son contrat. "Huit ou neuf personnes dont mes deux accusatrices déclarent avoir été gênées par ma pratique de la réflexologie (…) il y avait des hommes entre 24 et 75 ans… et des physiques très différents. (...) Je n'ai jamais agressé et encore moins violé qui que ce soit", se défend-il.

Voir: Accusations de viols, Georges Tron sera bien jugé aux assisses

L’affaire avait dans un premier temps conduit à un non-lieu, mais la cour d’appel de Paris était revenue sur cette décision. Elle avait notamment relevé que cinq autres personnes avaient évoqué dans des termes similaires des attouchements pratiqués par l’élu et son adjointe Brigitte Gruel, également accusée dans cette affaire.

À LIRE AUSSI

Image
L'ancien secrétaire d'Etat, Georges Tron, va être jugé aux assises pour viols et agressions sexuels.
UMP: Luc Chatel et Laurent Wauquiez disent "non" à Georges Tron
Mis en examen pour viol, George Tron (UMP) a maintenu sa candidature à la présidence du conseil général de l'Essonne malgré le rejet des autres élus de droite du dépar...
Publié le 31 mars 2015
Politique
Image
L'hémicycle de l'Assemblée nationale, le 18 octobre 2017
Harcèlement: la plainte visant le député LREM Arend classée sans suite
La plainte déposée contre le député LREM Christophe Arend pour harcèlement et agression sexuelle par une ancienne collaboratrice, et classée sans suite, a été motivée ...
Publié le 29 novembre 2017
Image
Le candidat socialiste aux législatives dans les Yvelines Benoît Hamon, lors d'un débat télévisé pen
Benoît Hamon: des affaires de harcèlement sexuel autour de sa campagne
En pleine libération de la parole sur le harcèlement sexuel, notamment dans le monde politique, Benoît Hamon a révélé ce lundi que sa propre campagne avait connu de te...
Publié le 23 octobre 2017
Politique