Les Français ne veulent pas travailler plus (sondage)

Les Français ne veulent pas travailler plus (sondage)

Publié le 21/04/2019 à 16:02
© ANDER GILLENEA / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Dans son allocution, finalement reportée à cause de l'incendie de Notre-Dame, Emmanuel Macron devait demander aux Français de "travailler davantage". Mais cette perspective n'est pas la bienvenue. Les actifs s'opposent en majorité à cette idée mais, s'ils n'avaient pas le choix, ils opteraient pour l'abandon des 35 heures.

Selon un sondage Ifop réalisé pour le Journal du Dimanche, 54% des Français sont opposés à l'idée de travailler plus, ce que le président de la République comptait apparemment leur demander lors de son allocution (reprogrammée à une date ultérieure pour gérer les conséquences de l'incendie de Notre-Dame de Paris). A l'opposée, 46% des personnes sondées y sont favorables.

Parmi les opinions politiques des individus favorables à l'augmentation du temps de travail, on retrouve d'après ce sondage une majorité de partisans de la République en Marche (75%) et des Républicains (84%).

L'option réjouit sans surprise beaucoup moins du côté des Insoumis (35% d'opinion favorable) et des électeurs du Rassemblement national (33%).

Ainsi, 54% des sondés ont donc répondu qu'ils n'étaient pas pour une augmentation du temps de travail.

Toutefois, si cette mesure finissait par passer, ils préféreraient que le gouvernement opte pour l'abandon des 35 heures (41%) et donc travailler plus chaque semaine.

Lire aussi - Suppression de l'ENA, RIC, travailler plus: ce que devait annoncer Macron lundi?

Ensuite, 25% des personnes interrogées disent préférer une augmentation des années de cotisation pour percevoir une retraite à taux plein.

Et 14% des gens envisageraient plutôt la suppression d'un ou plusieurs jours fériés, alors que 20% ne se prononcent en faveur d'aucune de ces solutions.

Et aussi:

Philippe favorable à "travailler plus longtemps" pour financer la dépendance

Retraite: une baisse des pensions de ceux qui refusent de travailler plus longtemps?

Les Franciliens prêts à gagner moins pour travailler plus près de chez eux

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Selon un songe Ifop pour le "JDD", 54% des Français refusent de travailler plus, mais choisiraient l'abandon des 35 heures s'ils n'avaient pas le choix.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-