Migrants: Julien Dray craint des risques de "rafles", des membres de la majorité s'insurgent

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Migrants: Julien Dray craint des risques de "rafles", des membres de la majorité s'insurgent

Publié le 15/01/2018 à 12:57 - Mise à jour à 13:03
© LIONEL BONAVENTURE / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Invité sur le plateau de BFMTV, Julien Dray, conseiller régional PS d'Ile-de-France, a estimé que le projet de loi sur l'immigration voulue par le gouvernement risque de déboucher sur des "rafles" dans les centres de rétention. La polémique n'a pas tardé à poindre.

La déclaration a particulièrement choqué la majorité LREM: Julien Dray conseiller régional PS d'Ile-de-France a comparé ce lundi 15, sur l'antenne de BFMTV, le recensement des migrants dans les centres à des "rafles".

"L'inquiétude que les associations expriment c'est le risque de rafles dans les centres d'accueil, et je choisis ce mot sciemment", a lancé l'élu, qui envisage de concourir pour prendre la tête du Parti socialiste (mais qui n'a pas annoncé officiellement sa candidature).

Lire aussi: Macron - "c'est bien la France qui organisa" la rafle du Vel d'Hiv

Les réactions n'ont pas tardé. Aurore Bergé, porte-parole du groupe LREM à l'Assemblée nationale, a considéré cette expression "insupportable": "Le mot de rafle employé par Julien Dray est insupportable. Nous n'organisons pas de descentes de policiers dans les centres d'hébergement pour organiser les expulsions! Nous permettons aux agents administratifs d'identifier les personnes, en prévenant 24h avant", a-t-elle écrit sur son compte Twitter.

Autre réaction notable, celle de Christophe Castaner, le délégué général de LREM qui estime que cette déclaration est "une petite insulte faite aux agents de l'Ofpra et de l'Ofii qui vont se rendre sur place. Est-ce que ces agents sont des agents de la Gestapo? Je pense que le débat mérite un peu mieux que cela".

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a confirmé dimanche 14 que le gouvernement avait l'intention de rester ferme sur son projet de loi sur l'immigration, incluant, outre le recensement dans les centres de rétention, un doublement de la durée de rétention administrative.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Julein Dray a comparé les dispositions prévues dans le projet de loi sur l'immigration à des "rafles".

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-