"Pas obnubilé" par la présidentielle de 2027, Édouard Philippe visé par une plainte pour "favoritisme" et "détournements de bien" la veille de sa rentrée politique

Auteur(s)
France-Soir
Publié le 20 septembre 2023 - 14:00
Image
philippe
Crédits
THOMAS SAMSON / AFP
Philippe affirme ne pas être obsédé par les présidentielles de 2027.
THOMAS SAMSON / AFP

POLITIQUE - L’ancien Premier ministre Édouard Philippe et son parti Horizons ont fait leur rentrée vendredi 15 septembre 2023 à Angers, avec la présidentielle de 2027 en ligne de mire. Dans son discours, le maire du Havre a omis de commenter les dernières actualités. Parmi celles-ci figure un sondage qui le place à la tête des intentions de votes avec 6 Français sur 10 qui l’estiment capable de battre Marine Le Pen. Mais la plus controversée est la plainte qui le vise pour des faits de "prise illégale d’intérêts, détournements de biens, favoritisme, concussion et harcèlement moral". L’affaire est entre les mains du parquet national financier (PNF), qui a confirmé l’information. Les ambitions de l’ancien Premier ministre seraient-elles contrariées ?  

C’est l’ex-directrice générale adjointe de la communauté urbaine Le Havre Seine Métropole qui a déposé cette plainte contre l’actuel maire de la commune normande. Deux autres personnes sont visées. La première est l’adjointe au maire chargée de l’innovation et du numérique de la communauté urbaine, Stéphanie de Bazelaire, principale incriminée. La seconde est la directrice générale des services, Claire-Sophie Tasias.  

Conflit d’intérêt et "sérieux risques juridiques" 

Les faits remontent à juillet 2020 selon la plainte, révélée par le quotidien Le Monde. Édouard Philippe, à peine élu à la tête du Havre Seine Métropole après avoir démissionné de son poste de Premier ministre, signe une convention avec Stéphanie de Bazelaire, alors présidente bénévole de LH French Tech, association créée ce même mois de juillet 2020.

L’accord porte sur l’exploitation et l’animation de la Cité numérique du Havre et LH French Tech est la seule soumissionnaire l’appel à manifestation lancé en mars 2020 dans le cadre d'un service d'intérêt économique général (SIEG).

LH French Tech et sa présidente bénévole devaient toucher de la part de la communauté urbaine une compensation de service public de 2,154 millions d’euros, devant servir au fonctionnement de la Cité numérique. Pour Me Christelle Mazza, avocate de la plaignante, dont l’identité n’a pas été dévoilée, "on peut s'interroger sur le choix d'un tel montage juridique quand le président de la communauté urbaine est lui-même conseiller d'État rompu aux marchés publics".  

L’ancien Premier ministre aurait pourtant été alerté par les juristes quant à la situation de conflit d’intérêts dans laquelle se trouvait son adjointe chargée de l’innovation. En septembre 2022, c’est au tour de la plaignante de lui adresser une note afin de signaler le cumul des fonctions de Stéphanie de Bazelaire. La cliente de Maître Mazza a évoqué, dans son document, la situation financière de LH French Tech et les "sérieux risques juridiques" que l’association soit placée en liquidation judiciaire. Une possibilité tout aussi inquiétante pour la communauté urbaine que pour l’organisation chargée de l’animation de la Cité numérique.

La plainte évoque également le "harcèlement moral" subi par l’ex-directrice générale adjointe du Havre Seine Métropole, dont le contrat de trois ans n’a pas été renouvelé. Si l’ex-collaboratrice d’Édouard Philippe a retrouvé un poste dans l’administration centrale, elle démontre sa détermination à obtenir justice en déposant en mars 2023 un dossier auprès du Défenseur des droits pour obtenir le statut de lanceuse d’alerte.

L’affaire est entre les mains du parquet national financier (PNF), qui a confirmé auprès des médias le dépôt de la plainte et qui doit décider de l’ouverture ou non d’une enquête pour "prise illégale d’intérêts, détournements de biens, favoritisme, concussion et harcèlement moral". 

Édouard Philippe "capable" de vaincre Marine Le Pen 

Contactée par l’AFP, la communauté urbaine du Havre a affirmé qu’Édouard Philippe, Stéphanie de Bazelaire et Claire-Sophie Tasias - dont l’implication n’a pas été détaillée - n’étaient "pas informés de la plainte". "Si cette procédure était avérée, ils seraient évidemment et en toute sérénité à la disposition du parquet national financier pour faire valoir leur bon droit", poursuit-on.

En attendant la décision du PNF, l’ancien Premier ministre ne fait toujours aucun commentaire. Au lendemain de cette annonce, Édouard Philippe était à Angers pour clôturer la rentrée de son parti Horizons. Dans son discours, il a évoqué l’inflation et l’inquiétude qu’elle suscite chez les Français, alertant contre la situation des classes moyennes. "Aucune démocratie ne me paraît pouvoir résister durablement à un appauvrissement de la classe moyenne ou même à une absence de perspective de celle-ci", a-t-il déclaré.

Il affirme ne pas être obsédé par les présidentielles de 2027 puisque "notre horizon ne peut pas être celui d'une simple élection, fut-elle la plus prestigieuse ou la plus importante". Le maire du Havre a par la même occasion abordé la décentralisation, l’Europe, exprimant son soutien à Élisabeth Borne et Gérald Darmanin tout en lançant des piques à Marine Le Pen.  

L’ancien chef du Gouvernement a d’ailleurs qualifié quelques jours plus tard une victoire de la députée du Rassemblement national à la prochaine présidentielle de "possible". La candidate malheureuse des deux précédentes élections est donnée favorite selon plusieurs sondages. Mais une enquête Elabe révèle que 58% des Français estiment qu’une "victoire d’Édouard Philippe face à Marine Le Pen est un scénario probable".

À LIRE AUSSI

Image
vpn
Les députés Renaissance retirent un amendement controversé visant à interdire l’usage des VPN sur les réseaux sociaux
INTERNET - Adopté en juillet par le Sénat, le projet de loi visant à sécuriser et réguler l'espace numérique (SREN) sera examiné du mardi 19 au vendredi 22 septembre à...
18 septembre 2023 - 09:30
Politique
Image
"Héritier" du chef de l'État, Édouard Philippe entame sa course pour 2027
DÉPÊCHE — Entre la rentrée politique et la parution de son ouvrage autobiographique "Des lieux qui disent" (JC Lattès), Édouard Philippe est dans toutes les têtes ce m...
13 septembre 2023 - 17:10
Politique
Image
Bruno Le Maire, à l'Elysée le 14 juin 2022
Le Maire fait sa rentrée avec le travail comme "valeur cardinale" de sa politique
DÉPÊCHE — Diminuer les impôts de production et de revenu, protéger les brevets, continuer la simplification de l'entrepreneuriat, combattre le chômage en baissant l'as...
24 août 2023 - 16:55
Politique

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Hollande
François Hollande, président belliqueux, mais adepte du scooter
Entre théories politiques floues, promesses électorales non tenues et un penchant pour l'action militaire “à mi-chemin", François Hollande aura été plus souvent à la t...
13 juillet 2024 - 12:16
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.