Confiner seulement les non-vaccinés ? Une idée venue d'Autriche qui pourrait devenir virale

Confiner seulement les non-vaccinés ? Une idée venue d'Autriche qui pourrait devenir virale

Publié le 27/10/2021 à 17:23
AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Depuis quelques mois déjà, les non-vaccinés ont la vie dure. Pourtant, d'aucuns considèrent apparemment que l'effort de guerre n'est toujours pas suffisant, et les idées fusent pour saper encore la résistance. Dans les couloirs gouvernementaux ou sur les plateaux de télévision, la parole libérée... quand il s'agit d'apporter sa pierre à l'édifice de la coercition. La dernière en date nous vient d'Autriche ; "si la situation continue de s'aggraver", le chancelier Alexander Schallenberg envisage de confiner uniquement les non-vaccinés !

Lire aussi : Le non-vacciné, cette espèce à abattre

Si la situation continue de s'aggraver...

Est-il pertinent de céder à la panique ? Un retour des mesures drastiques serait-il un choix proportionné ? En Autriche, à ce jour, 61 % de la population est vaccinée avec deux doses, ce qui semble être le plafond d'acceptation du pays tant la campagne ralentit. Cela étant, il est vrai que depuis quelques jours, le pays connaît une remontée des cas et des décès. Mais si la courbe des cas amorce une remontée en flèche, celle des décès est encore en-dessous de mars-avril 2020 qui était très faible en comparaison de l'épisode épidémique suivant qui avait frappé l'Autriche l'automne et l'hiver derniers.

Voici les deux courbes, visibles sur le site "Our World in Data" :

Un nouveau chancelier, des vieilles méthodes

En fonction depuis le 11 octobre dernier, Alexander Schallenberg a remplacé Sebastian Kurz à la place de chancelier. Il semblerait qu'il ait décidé de prendre les problèmes du pays à bras-le-corps. Eu égard des propos qu'il a tenus en fin de semaine dernière, le problème majeur de l'Autriche paraît être "la pandémie de personnes non vaccinées".

Depuis septembre déjà, le gouvernement autrichien a instauré un plan en trois étapes, établi sur le taux d'occupation des unités de soins intensifs, qui vient compléter le passe sanitaire. On lit dans le journal Der Standard que désormais, le plan compte deux degrés de plus et s'articule autour d'une distinction faite entre les personnes "protégées" (vaccinées ou rétablies), et celles qui sont simplement "testées" (non vaccinées) :

10 % d'occupation = les "protégés" peuvent aller dans les magasins sans masque, tandis que les "testés" doivent porter un masque FFP2.
15 % d'occupation = Selon les régions, seuls les "protégés" peuvent aller au restaurant de nuit, ou assister à un spectacle de plus de 500 personnes sans places assises. De plus, les auto-tests ne sont plus valables pour obtenir le passe sanitaire.
20 % d'occupation = Le test antigénique n'est plus valable pour obtenir le passe sanitaire.
25 % d'occupation = Peu importe la région, les personnes non vaccinées se verront interdire l'accès aux restaurants, hôtels, manifestations, institutions culturelles, installations de loisirs ou événements sportifs. Cela s'applique également si un test négatif est présenté - qu'il s'agisse d'un antigénique ou d'un PCR.
30 % d'occupation = Confinement strict pour les non-vaccinés uniquement.

Aujourd'hui, le pays se situe autour de 12 % d'occupation des unités de soins intensifs.

Une culpabilisation qui fait naître des oppositions

Une chose est claire : c'est officiellement la faute des non-vaccinés si l'épidémie se poursuit. À tel point que le chancelier a assuré qu'il "ne permettra pas que le système de santé soit surchargé parce qu'il y a encore trop d'hésitants et de procrastinateurs qui ne peuvent se résoudre au vaccin."

S'il semble clair que toute cette stratégie sanitaire vise à contraindre les Autrichiens à la vaccination, le Land du Burgenland a fait savoir qu'il y était opposé. Par ailleurs, en Haute-Autriche, le nouveau parti politique de réinformation MFG continue de prendre de l'ampleur.

Une question reste en suspens : alors que le ministère de la Santé autrichien se félicite d'avoir commencé la vaccination de rappel (troisième dose), cette dernière sera-t-elle une condition sine qua non pour l'obtention du statut de "protégé" ?

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"C'est la faute des non-vaccinés"

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-