Pour le pape François, "les aboiements de l’OTAN" ont peut-être provoqué l’offensive russe en Ukraine

Pour le pape François, "les aboiements de l’OTAN" ont peut-être provoqué l’offensive russe en Ukraine

Publié le 07/05/2022 à 16:37
AFP / FILIPPO MONTEFORTE
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Dans un entretien au quotidien italien Corriere della Sera, mardi 3 mai, le pape François a reconnu que certains des griefs invoqués par Moscou pourraient justifier les causes de la guerre en Ukraine. Le chef de l’Église catholique a fait valoir que « les aboiements de l’OTAN à la porte de la Russie » auraient, en effet, pu pousser Moscou « à mal réagir et à déclencher le conflit » – « une colère, ajoute-t-il, dont je ne sais dire si elle a été provoquée, mais peut-être facilitée ».

Une déclaration du pontife qui s’inscrit dans une volonté de diplomatie avec la Russie. Celui-ci se dit avec insistance « prêt à aller à Moscou » pour rencontrer Vladimir Poutine. Il explique lui avoir transmis ce souhait mi-mars, « après vingt jours de guerre ». « Nous n’avons pas encore reçu de réponse et nous continuons à insister, même si je crains que Vladimir Poutine ne puisse et ne veuille pas de cette rencontre pour l’instant », déplore-t-il, cependant.

Voir aussi : Russie-Ukraine : selon l'ex-président brésilien Lula, Volodymyr Zelensky "voulait la guerre"

Au moment du déclenchement du conflit en Ukraine, le pape a dénoncé à plusieurs occasions l’intervention de l’armée russe, adjurant les belligérants de mettre un terme au combat. Pour autant, si d’autres représentants du Saint-Siège désignaient la Russie comme coupable d'avoir causé cette guerre, lui-même s’en est souvent tenu à des formulations plus diplomatiques.

Le pape François ne se rendra pas à Kiev « pour l’instant »

Le pape argentin s’est montré très explicite dans les colonnes du Corriere della Sera en proposant au grand jour ses services de médiation. Aussi, il explique qu’il a décidé de ne pas se rendre à Kiev « pour l’instant » – hypothèse un temps « sur la table », car ce serait immanquablement perçu comme un acte hostile par le Kremlin. « D’abord, je dois aller à Moscou, d’abord je dois rencontrer Poutine […]. Je fais ce que je peux. Si Poutine ouvrait la porte… »

Le pape argentin fait part, en revanche, de son « pessimisme ». Comme il l’a affirmé à plusieurs reprises depuis le début de son pontificat, les guerres sont à ses yeux le fruit du commerce des armes, qui débouche sur une course aux armements. Lors de son message de Pâques, François avait fait référence au manifeste en faveur du désarmement signé en 1955 par le philosophe Bertrand Russell (1872-1970) et par Albert Einstein. Dans un livre en langue italienne paru le 14 avril et intitulé Contre la guerre (Contro la guerra, Solferino et Librairie éditrice vaticane), il déclarait que « l’Ukraine a été agressée et envahie », mais précisait un peu plus loin que « la guerre n’est pas la solution ».

Faut-il livrer des armes à l’Ukraine, comme le font de nombreux pays de l’OTAN ? À cette question, François n'apporte pas de réponse : « Je ne sais pas comment répondre, je suis trop loin. » « Ce qui est clair, poursuit-il, c’est que des armes sont testées là-bas. […] C’est pour cela qu’on fait des guerres : pour tester les armes que l’on produit. »

Le pape jésuite confirme aussi dans cet entretien que la rencontre avec le chef de l’Église orthodoxe russe, qui aurait dû se tenir à Jérusalem le 14 juin, est reportée sine die.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le pape François, le 21 octobre 2015 au Vatican, à Rome.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-