E-commerce: Amazon devient encore plus polluant en achetant des avions

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

E-commerce: Amazon devient encore plus polluant en achetant des avions

Publié le 07/01/2021 à 10:01
© Lionel BONAVENTURE / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A

Avec les confinements et restrictions de déplacement à l’échelle mondiale, les achats en ligne sur les sites de e-commerce augmentent sans cesse. Symbole de l’ampleur de cette croissance, Amazon a même décidé d’acheter sa propre flotte d’avions, pour faire face à l’augmentation constante des livraisons, à l’approche des soldes d’hiver, et après les pics de commandes des fêtes de fin d’année. Mardi 5 janvier, le géant du e-commerce a annoncé avoir acheté 11 Boeing 767-300, dans le but de renforcer ses capacités de livraison pour faire face à une augmentation des commandes en ligne. 

Amazon agrandit sa flotte aérienne pour être à la hauteur de la demande

En 2020 Amazon possédait déjà 42 avions et envisageait de faire monter ce chiffre à 200 en huit ans. Les nouveaux avions, dont quatre de WestJet Airlines, rejoindront le réseau de fret aérien d'Amazon cette année, et sept Delta Air Lines le feront d'ici 2022, a déclaré le géant du e-commerce dans un communiqué. Mais, ça n’est pas tout, puisque la flotte d’Amazon comprend aussi des avions de location, qu’elle ne possède pas directement. En juin, Amazon a eu besoin de doubler sa flotte et a loué 12 Boeing 767-300,  portant sa flotte totale à plus de 80 avions. À l'époque, Sarah Rhoads, vice-présidente d'Amazon Global Air avait déclaré «Avoir un mélange d'avions loués et possédés dans une flotte croissante, et cela nous permet de mieux gérer nos opérations». Si cette fois, Amazon a préféré agrandir sa propre flotte avec des acquisitions, c’est, selon Sarah Rhoads, pour “garder le rythme pour tenir les promesses faites à nos clients”.

Les compagnies de livraison essaient de réduire les émissions de CO2 de nos colis

Pour s’adapter aux préoccupations environnementales, les livraisons de proximité par voie terrestre, sont le plus souvent “vertes”, et s’adaptent ainsi aux préoccupations du consommateur. Mais d’un autre côté, les plateformes encouragent aussi le nombre toujours croissant des achats en ligne. Pour assurer des livraisons plus écologiques Amazon a annoncé en septembre 2019, avoir commandé 100000 véhicules de livraison électriques à la start-up Rivian Automotive dans le cadre de l'ambitieux plan climatique de l'entreprise, appelé The Climate Pledge. Dans le cadre de ce plan, Amazon s'est engagé à s'appuyer entièrement sur les énergies renouvelables d'ici 2030 et à être neutre en carbone d'ici 2040.
En Octobre 2020,  Amazon a lancé  ses camionnettes de livraison électriques qui devraient prendre la route en 2022.
De son côté, FedEx, entreprise specialisée dans la livraison de colis , s’est aussi demarquée par ses actions environnementales, et possède neuf installations de production d’énergie solaire dans le monde 
Pour mieux informer ses usagers, FedEx propose un site pour calculer les émissions qui correspondent à la livraison des colis en fonction de l'utilisation réelle de carburant et du poids de l’objet envoyé. Cependant, l’augmentation des flottes d’avions dévoile une autre réalité: la surconsommation en ligne a un impact direct sur les émissions de gaz à effet de serre.

La livraison des colis, même plus verte, n’est pas éco-responsable

Même apporté par un camion électrique conduit par un livreur vegan, vos colis issus du e-commerce représentent un coût pour l’environnement. En outre, l’Ademe rappelle dans un rapport que les vrais coûts environnementaux du e-commerce ne sont pas liés à la méthode de livraison mais à la surconsommation. La vente en ligne rend les achats plus automatiques et moins conscients. Les gens achètent donc plus, sans motif réel. 

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :


Les plateformes e'commerce encouragent le nombre toujours croissant des achats en ligne.

Annonces immobilières

Newsletter





Commentaires

-