Agression à la prison d'Osny: la piste terroriste envisagée

Agression à la prison d'Osny: la piste terroriste envisagée

Publié le 06/09/2016 à 18:07 - Mise à jour à 18:47
©Hadj/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Deux surveillants de prison ont été violemment agressés, dimanche, par un détenu de la maison d'arrêt d'Osny, dans le Val-d'Oise. Selon les informations du "Figaro", les enquêteurs privilégieraient la thèse de l'acte terroriste.

Ces nouveaux éléments font froid dans le dos. Deux jours après l'agression des deux surveillants de prison à Osny, le profil de l'agresseur se dessine et laisse à penser qu'il n'a pas agi seul. Selon des sources pénitentiaires citées par Le Figaro, l'auteur des faits bénéficiait de fortes complicités parmi les autres détenus avec lesquels cette agression aurait été programmée. Toujours d'après le quotidien, le détenu, décrit comme un élément dangereux avec des finalités très claires, aurait également dessiné sur un mur du bâtiment un cœur avec le sang de sa victime avant de se mettre à prier. Selon les enquêteurs, ces éléments pourraient accréditer la thèse de l'acte terroriste. Pour eux, il est fort possible que le détenu se soit inspiré de Larossi Abbala, qui avait clairement encouragé les djihadistes à tuer des surveillants pénitentiaires dans une vidéo de revendication.

De plus, l'homme, qui était placé dans l'unité de prévention de la radicalisation, avait déjà tenté de gagner la Syrie en 2015, peu après l'attentat contre Charlie Hebdo et la prise d'otage de l'Hyper-Cacher, porte de Vincennes. Il était alors accompagné de sa femme, Sihem Laidouni, de leur bébé, et de deux amis. Toutefois, l'agresseur n'avait pu rejoindre le territoire du califat, à cause d'un accident de voiture en Turquie. Hospitalisé, puis arrêté, il avait finalement été expulsé vers la France en mars 2015.

L'agression contre les deux surveillants de prison s'est déroulée dimanche 4 août. Ce jour là, alors qu'il s'apprêtait à faire sa promenade quotidienne, "le détenu a agressé avec une arme artisanale le surveillant venu le chercher", a écrit le ministère de la Justice dans un communiqué, précisant qu'un second surveillant, "posté à l'entrée de la cour de promenade, est aussitôt venu secourir son collègue et a lui aussi été blessé". Les deux agents sont parvenus à s'enfuir tandis que le prévenu a rapidement été maîtrisé par les unités d'intervention de l'Administration pénitentiaire (ERIS) grâce à une arme non létale (balle en caoutchouc). Il a immédiatement été placé en garde à vue où il aurait reconnu avoir prémédité son acte, selon le délégué régional FO Jérôme Nobécourt.

Quant aux surveillants blessés, ils sont désormais hors de danger mais ont tout de même été transportés à l'hôpital. L'un deux a été touché au thorax et à la gorge, l'autre au bras. Depuis, le parquet antiterroriste s’est saisi de l’enquête, ouverte pour"tentative d’assassinat sur personne dépositaire de l’autorité publique en relation avec une entreprise terroriste".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le parquet antiterroriste s'est saisi de l'enquête sur l'agression de deux surveillants pénitentiaires dimanche à Osny, dans le Val-d'Oise.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-