Attentats de Paris: les victimes du Bataclan en quête de réponses devant les juges

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Attentats de Paris: les victimes du Bataclan en quête de réponses devant les juges

Publié le 25/05/2016 à 17:46 - Mise à jour à 17:58
©Pascal Rossignol/Reuters
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Après les rescapés des commandos des terrasses du 13 novembre, c'est au tour des victimes du Bataclan d'obtenir d'obtenir des réponses de la part de la justice ce mercredi. Face à 500 personnes, le magistrat Christophe Teissier est revenu sur la chronologie des événements, la collaboration internationale et les perspectives de l'enquête.

Les juges chargés de l'enquête sur les attentats de Paris ont reçu ce mercredi 25 les rescapés et familles de victimes du Bataclan, venus à la recherche de certitudes et de réponses, six mois après leur traumatisante soirée du 13 novembre. Ils étaient 500, parties civiles et avocats, convoqués ce mercredi après-midi à l'Ecole militaire à Paris pour une rencontre avec le juge Christophe Teissier, les cinq autres magistrats chargés de l'enquête et trois représentants du parquet de Paris. La veille, ceux-ci avaient reçu les rescapés et proches de victimes des autres attaques du 13 novembre, contre les terrasses de cafés et restaurants parisiens et contre le Stade de France.

Certains participants de ce mercredi attendaient cette réunion, d'autres la redoutaient. Certains voulaient savoir ce qui s'est passé, d'autres ce que sera la suite de la procédure. "On n'a pas tous la même quête, les mêmes attentes", confie à son arrivée Anne-Cécile Dupuis, une chargée de communication de 43 ans, en s'attendant à une après-midi "éprouvante". "Je m'attends à entendre des détails que je n'ai pas envie d'entendre", redoute-t-elle. Pendant les trois mois qui ont suivi les attaques, elle a "fui les infos". Alors, face à "la douleur et le traumatisme toujours très présents", elle a "essayé de se blinder" avant de venir.

Comme la veille, le juge Teissier détaillera à tous la chronologie des événements établie grâce à l'exploitation des enregistrements de la police et à un enregistreur retrouvé au Bataclan, évoquera la collaboration internationale et les perspectives de l'enquête. "L'aspect le plus important de cette réunion n'est pas tant sur l'état de l'enquête que sur la mise en place d'une relation directe entre les victimes et les juges", estime l'avocat Gérard Chemla, qui défend plus de 70 personnes dans le dossier du Bataclan. "C'est la démonstration que l'on s'occupe des victimes, qu'on s'investit sur ce dossier. C'est aussi une manière de leur expliquer comment les choses marchent. Et puis beaucoup ont des questions, des coups de gueule", souligne-t-il.

La veille, les questions ont déferlé durant trois heures. "Il y a autant de questions différentes que de victimes", explique l'avocate Aurélie Coviaux. "Je veux me rendre compte de ce qui s'est passé", affirme un homme, blessé au Bataclan, qui veut rester anonyme. "J'aimerais aussi savoir combien de temps durera l'enquête, ce qu'il adviendra de Salah Abdeslam... Au-delà du traumatisme qu'on a subi, ça contribue à être sûr que justice sera rendue", souligne Anne-Cécile Dupuis, venue "sans haine, sans esprit de revanche".

"Ma préoccupation première, c'est les conditions de détention des terroristes pour qu'ils ne puissent pas refomenter un attentat", explique de son côté Marion, une photographe de 39 ans blessée le 13 novembre: "Deux jours après l'arrestation d'Abdeslam, il y a eu des attentats. Qu'est-ce qui me dit que maintenant qu'il est en France, il ne va pas y avoir de nouveaux attentats ici ?" Gérard Dubois, dont le fils est mort dans la fosse du Bataclan, "espère que l'instruction ne s'arrêtera pas au terrorisme, mais remontera aussi sur les responsabilités concernant la sécurité" de cette salle de concert. "Mais ce n'est pas aujourd'hui que je pourrai poser la question de la responsabilité du gouvernement qui a négligé les menaces", soupire-t-il.

Une information judiciaire, ouverte en 2010, sur un projet d'attentat visant le Bataclan, s'était soldée par un non-lieu en 2012, faute de charges suffisantes. D'autres n'ont pas voulu, ou pu venir, comme un des policiers de la BAC 94 arrivés en premier au Bataclan. Il "ne peut pas assumer ce rendez-vous", explique Me Françoise Berrux, qui le représente ainsi que cinq de ses collègues. "Tous se font des reproches, totalement injustifiés, en se disant +Est-ce qu'on aurait pas pu en sauver plus? Pour lui, c'est trop tôt".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Certains attendaient cette réunion avec impatience, d'autres la redoutaient.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-