Attentats de Trèbes: nouvelles révélations sur l'enquête et la mort d'Arnaud Beltrame

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Attentats de Trèbes: nouvelles révélations sur l'enquête et la mort d'Arnaud Beltrame

Publié le 16/04/2018 à 07:49 - Mise à jour à 07:51
© Eric CABANIS / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

D'après les bandes audio enregistrées lors de la prise d'otage au Super U de Trèbes, dans l'Aude, dix minutes se sont écoulées entre l'assaut d'Arnaud Beltrame et l'intervention des forces de l'ordre. La gendarmerie, chargée de l'enquête, n'a pas voulu faire de commentaire.

Pourquoi la gendarmerie a-t-elle mis dix minutes à intervenir dans le Super U de Trèbes alors que le lieutenant-colonel Beltrame avait déjà donné l'assaut? C'est ce qui ressort des enregistrement issus de l'enquête entourant les attentats de l'Aude, survenus le vendredi 23 mars.

D'après Le Parisien, un minutage des faits a été réalisé par les enquêteurs chargés de faire la lumière sur le drame. Cette chronologie a été rendue possible grâce à des enregistrements audio.

A voir aussi: Attentats dans l'Aude - le Super U de Trèbes rouvre ses portes dans l'émotion

Le lieutenant-colonel Beltrame, qui a reçu un hommage national aux Invalides, avait en effet laissé son portable allumé lorsqu'il s'était livré au terroriste Radouane Lakdim.

Ce dernier est donc arrivé sur les lieux à 10h39 précisément. Il était au volant d'une Opel Corsa, préalablement volée. Armé d'un pistolet de calibre 7,65 mm, il est entré dans le Super U de Trèbes où se trouvaient une cinquantaine de personnes. Le chef boucher, sera immédiatement tué par balle alors qu'il se trouvait à la caisse.

Un vingtaine de minutes plus tard, les forces de l'ordre sont arrivées sur place et ont immédiatement bouclé le périmètre. Les opérations ont été gérée par les hommes du peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie de Carcassonne, duquel Arnaud Beltrame faisait partie.

Lui et ses hommes ont très rapidement investi le premier étage du magasin, ou se trouvait la salle de vidéosurveillance. C'est à ce moment qu'une grande majorité des otages a été libérée et que Radouane Lakdim s'est retranché dans la salle des coffres, emportant avec lui une hôtesse de caisse du magasin.

C'est pour se substituer à cette femme que le lieutenant-colonel Beltrame est entré en contact avec le terroriste. Sans gilet pare-balles ni arme, le militaire est devenu lui-même otage. Mais pour que ses collègues puissent intervenir plus facilement, le gendarme a laissé son portable allumé: c'est d'ailleurs grâce à cela que les enquêteurs disposent d'enregistrements audio.

Tout au long de cette prise d'otages, Radouane Lakdim a été en contact avec un négociateur issu du GIGN. Celui-ci n'a cependant pas réussi à le raisonner.

Après être sorti une fois de la sale des coffres, à 13h10, le terroriste s'est à nouveau réfugié dans la pièce et un peu plus d'une heure plus tard, son otage tentera de le désarmer: "assaut, assaut!", est-il d'ailleurs possible d'entendre sur l'enregistrement.

Pourtant les forces de l'ordre ne sont intervenues que dix minutes après. Pourtant "le rapport d’intervention transmis à la justice ne mentionne pas ce délai".

"Il était nécessaire de localiser et évaluer les piégeages avant de les neutraliser", s'est justifiée une source proche du dossier: trois explosifs ont en effet été retrouvés sur les lieux.

Le lieutenant-colonel Beltrame a lui succombé à ses blessures. Il a été victime de blessures par balles au pied et au bras et a reçu un coup de poignard mortel au niveau de la trachée.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Des enregistrements audio de l'attentat de Trèbes stipulent qu'il s'est déroulé 10 minutes entre l'assaut du gendarme Beltrame et l'intervention des forces de l'ordre.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-