Divorce sans juge: des associations féministes s'interrogent sur les risques en cas de violences

  •  Soutenez l'indépendance de FranceSoir, faites un don !  

Divorce sans juge: des associations féministes s'interrogent sur les risques en cas de violences

Publié le 06/05/2016 à 16:52 - Mise à jour à 18:30
©Grand Velas Riviera Maya/Flickr
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Face au projet du gouvernement d'un divorce par consentement mutuel sans juge, plusieurs associations féministes ont haussé le ton, pointant du doigt les risques dans les situations de violences. Pour elles, l'auteur des brutalités pourra facilement imposer un divorce à son avantage en raison de l'emprise qu'il a sur sa victime.

Les associations féministes du réseau Solidarité Femmes et SOS les Mamans ont critiqué ce vendredi 6 l'amendement gouvernemental visant à autoriser le divorce par consentement mutuel sans juge, signalant les risques posés dans les situations de violences conjugales. "En raison de l'emprise que l'auteur des violences détient sur sa victime, de la peur, des traumatismes, il lui sera très facile d'imposer un divorce rapide devant notaire", a estimé dans un communiqué la Fédération nationale Solidarité Femmes, qui gère le numéro national d'écoute 3919 (Violences femmes info).

"La victime risque d'être lésée sur le plan économique" (pension alimentaire) et "les décisions concernant l'exercice de l'autorité parentale et les droits de visite et d'hébergement", a-t-elle ajouté. Ces décisions "gommeront les violences, leurs conséquences sur les enfants, leur sécurité et celle de leur mère".

Cet amendement, "porte ouverte à tous les abus et pressions de la part des agresseurs", a été "adopté sans analyse de la situation des femmes les plus en danger et des plus démunies", a estimé la Fédération. Le divorce sans juge "remet en cause la garantie d'une procédure équitable et contradictoire". La Fédération demande "non une simplification, mais au contraire dans les situations de violences, des magistrats spécialisés". C'est aussi la demande de l'association SOS Les Mamans, qui a lancé une pétition "pour la création de juridictions spécialisées pour traiter toutes les formes de violences intrafamiliales". Parmi les premiers signataires figurent les associations Osez le Féminisme, Innocence en Danger ou encore la psychiatre Muriel Salmona.

Adopté mercredi en commission à l'Assemblée nationale dans le cadre de la réforme de la justice du XXIe siècle, l'amendement "vise à poursuivre l'évolution que connaît la procédure de divorce dans le sens de la simplification", selon le ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


L'amendement sur le divorce par consentement mutuel sans juge ne fait pas l'unanimité.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-