Dordogne: la nonagénaire a-t-elle été tuée par un bouc?

Dordogne: la nonagénaire a-t-elle été tuée par un bouc?

Publié le 03/04/2018 à 11:50 - Mise à jour à 11:58
©Jean-Sébastien Evrard/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Une nonagénaire a été retrouvée morte dans son jardin lundi à Saint-Médard-de-Mussidan (Dordogne). Selon les premiers éléments dévoilés, le décès pourrait être lié à la présence d'un bouc qui avait pour habitude de s'introduire chez elle.

La femme de 93 ans a-t-elle été tuée par un bouc? L'affaire qui pourrait prêter à sourire, s'il elle ne s'était pas tragiquement terminée, est entre les mains des enquêteurs de Saint-Médard-de-Mussidan, petite commune de Dordogne située entre Périgueux et Libourne.

C'est là que le corps sans vie d'une nonagénaire a été retrouvé lundi 2, dans le jardin de sa propriété. Une enquête a été ouverte pour définir les causes exactes de la mort mais le procureur de la République, cité par Sud Ouest, a évoqué la possibilité qu'un bouc soit impliqué dans ce décès.

Cette personne âgée avait en effet déjà signalé aux autorités que des animaux pénétraient régulièrement dans sa propriété, franchissant la clôture "un peu lâche" selon le quotidien. Elle aurait notamment eu plusieurs fois affaire à un bouc.

Lire aussi: Mon chien a mordu, que dit la loi?

Le procureur envisage donc plusieurs pistes impliquant cet animal. Il pourrait avoir chargé la nonagénaire, provoquant un malaise. Il est également possible que la femme ait succombé à une crise cardiaque "en essayant de le chasser avec sa canne", selon le magistrat.

Il appartiendra aux enquêteurs de faire la lumière sur cette affaire. La présence ou non du bouc est cependant loin d'être anecdotique. Les propriétaires d'animaux ayant causé des troubles ou fait des victimes peuvent en effet voir leur responsabilité civile et même pénale engagée s'il est avéré qu'ils ont fait preuve de négligence. Or, le propriétaire du bouc aurait été à plusieurs reprises mis en garde quant aux risques causés par les divagations de sa bête.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un bouc pénétrait souvent dans le jardin de la nonagénaire retrouvée morte (illustration).

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-